Partagez | 
 

 Ayanëa Al'Sharam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Ayanëa Al'Sharam   Lun 26 Jan - 13:44



Al'Sharam Ayanëa






« Vos sentiments seront mon arme. »








SURNOM : Aya
ÂGE : 26 ans
SEXE : Femme
ORIENTATION : Hétérosexuel


QUALITÉS : Calme, patiente, aimant résoudre des mystères, curieuse, cultivé, observatrice.
DÉFAUTS : Distante avec tout le monde, Solitaire, Froide de premier abord, ne fait que peu confiance aux autres, a tendance à outrepassé les ordres


GHILDE / CLAN : Psyjiic
STATUT SOCIAL : Noble
TITRE : L'enigmatique sentimentaliste
PROFESSION : Enquêtrice du premier cercle






POUVOIR



Il s'agit en vérité d'un don de naissance, si tant est qu'on puisse le voir comme un don. Je suis ce que l'on nomme une empathe. Je suis capable de sentir tous vos sentiments même ceux dont vous n'avez pas conscience ou que vous refoulez. Je ressens tous, le pire c'est lorsque je vous touche. Mon don s'accroît, comme si je devenais vous pour tout comprendre de vos sentiments. Dit ainsi, ça ne paraît pas terrible comme don, cependant s'il ne s'agissait que de cela, je serais probablement encore libre. Cependant, je suis aussi capable de manipuler l'énergie de ces sentiments, l'utilisant comme une arme tranchante, capable de tuer. Votre énergie est mon énergie, vos sentiments sont mon arme, plus vous ressentez, plus je deviens puissante, mais si je peux tuer quelqu'un avec cette énergie, il m'est aussi très facile de me tuer. Car la puissance que je puise dans vos sentiments je la puise aussi dans les miens et donc dans ma force vitale. C'est pour cela que je suis chez les Psyjiic et ultra surveillé.

Sinon, j'ai remarqué qu'avec le temps mon don avait évolué. Loin du don destructeur qu'il peut être, j'ai remarqué que je pouvais manipuler cette énergie pour refermer les chaires. Oh bien entendu, je ne peux pas soigner les grosses blessures, non, je peux seulement soigner les blessures bénignes. Les refermer et en faire un mauvais souvenirs, c'est la seule chose que je peux faire, mais finaement c'est déjà pas si mal non ?






CARACTÈRE & PHYSIQUE



Je me souviens encore de nos discussions, toutes différentes au fur et à mesure que j'évoluais. Tu pensais me trouver encore petite et souriante, pourtant celle que tu as retrouvé est bien différente n'est-ce pas ? La petite fille joyeuse à laisser place à quelqu'un de froid et distant. Quelqu'un ne veut pas qu'on la touche, quelqu'un de très calme, trop calme pour son âge et qui fait preuve d'une extrême patience. Patience bien utile dans mon métier en vérité. Je me souviens de ta première réflexion ''J'aurais aimé que rien ne change'', cependant tout change mon frère. Tout change et tu le sais bien mieux que personne n'est-ce pas ? Certes, je ne fais que très peu confiance, certes j'ai tendance à outrepassé les ordres. Mais je t'assure qu'en vérité je ne suis pas si différente de celle que j'étais. Je suis toujours la petite fille qui aime résoudre des mystères, la petite fille curieuse et observatrice qui apprends et agit ensuite, la petite fille cultivé qui apprends jours après jours pour devenir meilleure. Je sais que tu auras voulu autre chose, mais je préfère celle que je suis maintenant.
J'ai même grandis ? Certes pas de grand chose je te l'accorde. Depuis la dernière fois qu'on s'est vu. Mes cheveux sont toujours aussi long parce que je les aime ainsi. Mon corps est de plus en plus développé pour le combat, parce que je préfère m'en remettre au combat qu'à mes pouvoirs lors de souci. Je sais ça peut paraître idiot sachant ce que je peux faire, mais je ne peux arrêter de penser à lui. Tu vas plonger ton regard émeraude dans le mien et je sais ce que tu vas me dire. C'était du passé. Sauf que non, ce n'est pas encore du passé pour moi. Je me souviens la réaction de mon corps, je me souviens encore mon pouvoir s'alliant au sien. Mes mèches noirs volent au vent, mes mains posées sur cette façade de pierre qui constitue la terrasse du temple. Ce temple que j'ai appris à aimé et détesté. Mon regard se pose sur cette ville qui m'a vu naître. Techniquement ma vie n'a pas beaucoup changé, mon physique non plus. Seul mon caractère évolue et c'est parfait ainsi.






HISTOIRE




Citation :
Je me suis surprise cette nuit à penser une nouvelle fois à toi. Je ne sais pas réellement comment te dire à quel point je suis désolé et reconnaissante en même temps. Je pense avoir assez retardé le moment de faire cela. Vois-tu je m'en souviens encore. Je me souviens de toutes ces nuits où tu venais me voir dans ma chambre pour me bercer, je me souviens de ces nuits où tu as toujours cherché à me comprendre et me rassurer. Je me demande bien comment nous avons pu en arriver là. Tu m'as raconté tant de fois ma naissance. Seconde née de la famille. Andrass mon frère m'avait attendu avec impatience, vous aussi d'ailleurs et lorsque je suis arrivée vous avez tous était tellement heureux. Visiblement mes cris étaient assez forts pour pouvoir réveiller une assemblée entière. Je m'en souviens avec un sourire mais finalement il s'agit bien plus de tristesse.

Je me souviens de mon enfance. Nous les nobles, ceux qui possèdent un champ d'agriculture et un puits d'eau potable. Tant de richesses, tant de bonheur. Je le ressentais d'une façon différente de tout le monde comme si chacun de vous s'insinuait dans mon corps pour me donner vos sentiments. C'est à ce moment-là que nous avons compris. L'empathie de grand-mère m'avait été transmise et je me retrouvais à devoir gérer ce don. Je n'avais pas cinq ans et je comprenais les sentiments bien mieux que n'importe qui. J'ai senti ton angoisse, ton envie de m'aider, de me cacher et de me protéger. J'ai tout fait déjà à cette époque pour te réconforter. Ce n'était pas grave, je serais forte et je le contrôlerais facilement. Ce que je fis en somme, mais voilà, ça ne suffisait probablement pas. Tu as changé à mes cinq ans, alors qu'Andrass était envoyé chez les Doss'Ta comme le veut la coutume. Tu as changé à t'inquiéter pour lui, mais en y repensant aujourd'hui ce n'était pas pour lui que tu t'inquiétais, tu savais qu'il était déjà fort et qu'il s'en sortirait très bien. C'est pour moi que tu t'inquiétais, car tu savais que je le rejoindrais.

Je me souviens encore de ces angoisses qui te prenaient alors. De ces sentiments que tu cherchais à cacher mais que je pouvais ressentir. Est-ce cela qui t'a rendu ainsi ou alors est-ce mon don ? Ce don que je n'aurais pas pensé si puissant. Ce don qui m'a échappé à mes sept ans et qui a bien faillit tuer celui qui avait voulu s'en prendre à moi. Je ne savais pas à ce moment-là que je pouvais en mourir et je dois avouer que même maintenant il me fait un peu peur. Cependant ce qui m'a le plus blessé c'est le fait de te voir décliner. Comme si chaque jour qui passait était une torture supplémentaire. Peut-être que perdre la mémoire aurait été mieux tu ne penses pas ? Moi je le pense en tout cas, vivre ainsi ce n'est pas vivre. Je ne sais pas si tu te souviens encore de cet instant. Celui où tu as basculé dans la folie. Lorsque l'on m'a envoyé chez les Psyjiic. Tu espérais pouvoir garder ta fille à tes côtés alors que ton garçon était parti. Tu aurais dû pouvoir la garder, mais le destin s'était acharné sur ta famille et tu étais désormais privée de tes deux enfants. Est-ce cela qui t'a fait basculer ? 

Pardonne-moi si c'est cela. Je ne voulais pas te causer de tort. Je n'avais pas envie que tu finisses ainsi. Maman, je suis désolée. J'ai promis à papa que je serais forte à partir de cet instant, lui a promis de s'occuper de toi. Je sais qu'il le fera, malgré ta folie, tu n'es pas dangereuse, nous n'existons juste plus pour toi. Tu t'es enfermée dans ce monde où nous sommes encore seulement des enfants. Sauf que voilà maman, je n'ai plus sept ans. J'ai grandi, évolué. Toutes ces années, j'ai changé pour toi, pour nous, pour notre famille. Je sais que je ne pourrais pas sortir des Psyjiics et je suis désolée que père doivent s'occuper de cela tout seul. Mais il y a toujours Kraal pour reprendre le domaine non ? Kraal, le fils de papa, notre demi-frère du même âge que moi. Étrange parfois quand on se rend compte avec le temps que sa famille n'était pas parfaite. Excuse moi, je m'égare et je ne t'ai toujours pas dit de quelle manière j'ai évolué. Tu devrais me voir désormais. 

J'ai laissé pousser mes cheveux comme tu l'avais toujours voulu. J'ai appris à gérer ce don. J'avoue que parfois, c'est encore un peu compliqué et je me demande comment je ferais si jamais il m'échappait, mais il faut dire que je ne l'utilise pas énormément non plus, enfin je n'en ai pas réellement besoin pour t'avouer. Vois-tu avec le temps, j'ai appris à me battre grâce à Karek mon protecteur. Les sabres, je me suis révélée assez douée pour les manier, un dans chaque main. Tu sais je dois énormément à Karek, c'est un homme bon, je suis certaine qu'il t'aurait plu. On peut réellement lui faire confiance si bien qu'il est devenu mon ami en plus d'être mon protecteur. Je n'avais que dix-sept ans à cette époque-là. Dix années avant de sortir de l'apprentissage. Oh bien entendu désormais je fais partie du second cercle. Ce n'est pas si mal en fait comme vie. Peut-être n'est-ce pas celle que tu avais voulue pour moi, mais elle me plaît telle qu'elle est, malgré le fait que je sois quelque peu enfermée. 

En ce qui concerne la vie privée, je n'ai trouvé personne. J'ai tendance à faire fuir les gens en fait. Désolé ne plus être cette petite fille si avenante que j'étais, mais ce n'est plus vraiment possible désormais. Je ne suis plus un danger, mais il m'est encore facilement possible de blesser quelqu'un et je ne veux en aucun cas faire de mal à qui que ce soit. Peut-être qu'il me faut encore du temps, tu m'avais dit une fois que pour papa et toi ça avait pris un certain temps. Je pense que je suis à peu près pareille, voir pire probablement. Tu sais, je suis désolée. Désolé de ce qui t'est arrivée. J'ai prié et je prie encore pour que ça 'arrange, j'aimerais te retrouver pour que tu puisses lire cette multitude de lettres que je t'ai écrite. Pour te montrer à quel point j'ai grandi. J'aimerais que tout revienne avant que cela ne tourne mal. Pardonne-moi de ne pas être celle que tu aurais aimée. Tout aurait pu être différent si je n'avais fait qu'hérité du don de grand-mère. Seulement voilà, j'ai hérité de bien plus. Bon, il est temps pour moi d'y aller. Je t'écrirais encore sois-en certaine. Je t'aime Maman, et je t'aimerais toujours, peu importe ce qui nous sépare, peu importe ce que je devrais endurer, mais je promets de tout tenter pour te soigner.
Esthia, ta fille qui t'aime.


Je me souviens de cette lettre comme si c'était hier. Qui aurait cru qu'en un an tout changerait. Qui aurait cru que notre vie soit si fausse, qui aurait cru que mon éloignement me permettrait de connaître la vérité. Maman, si je t'écris aujourd'hui c'est parce que cette lettre je ne te la donnerais pas. Je sais qu'il ne vaut mieux pas. Vois-tu, j'ai penser que tout s'arrêterait une fois que je serais éloigné d'An-Trazza qui aurait cru qu'en vérité ma vie complète s'arrêterait. Je ne pensais à rien d'autre qu'à la trahison de Karek et à l'enfermement de Sannom, à l'insubordination dont j'avais fait preuve, à ce qui allait m'arriver, nous arriver et puis finalement une fois à Evant'ÿs, tout a disparu. Je me faisais suivre tout le temps, cependant personne ne peuvent me suivre sans en subir les conséquences et finalement j'ai réussis à les berner. C'est là que je l'ai rencontré.

Vois-tu j'en suis resté bouche-bée durant un long moment. Des nombreuses questions sont alors passés dans ma tête et puis j'ai compris quelque chose que je n'avais pas encore compris. Je me souvenais de ce temps avant que je ne parte chez les Psyjiic, de ce temps ou papa et toi n'était jamais ensemble ou tu l'évitais et je compris alors ce qui t'avais fait sombrer dans la folie. Outre le fait d'avoir perdu ton fils et ta fille, s'était le fait de rester avec un étranger. Contrairement à nous, tu savais, contrairement à nous tu avais tout deviné dés le départ, bien entendu, il s'agissait de ton mari, tu l'avais remarqué. L'homme en face de moi à ce moment-là, la copie conforme de celui qui était censé être mon père. Je ne comprenais plus rien. J'ai tenté de le fuir durant quelques secondes et puis quelque chose m'a interpellé lorsqu'il a levé le bras.

Tu te souviens de cette marque ? Cette marque de naissance qui est mienne, cette marque qu'Andrass possède aussi. Lui la possédait, alors que l'autre non. Mes yeux se sont ouvert à son maximum et la seule chose que j'ai pu émettre comme son fut ''Papa''. Il m'a regardé avec un sourire, moi qui te ressemble tellement. Il m'a regardé et m'a demandé ce que je faisais ici. Je lui ai dis, ce qu'il s'était passé, ce que j'avais fais et ce que je comptais faire, comme si j'avais attendu de dire cela depuis longtemps. Il m'en a dissuadé et il avait raison en somme. Cependant il m'a apprit beaucoup de chose. Je ne pouvais croire tout ce qu'il m'as apprit. Ce changement d'identité. La pseudo-mort que son frère lui avait ordonné de faire passé au risque de nous tuer tous les trois. Toi qui avait dû te taire, nous qui avions changé de prénom et de nom de famille et finalement notre déménagement sans que papa ne sache.

Notre nom de famille qui n'était pas le bon, même nos prénoms qui ont changés. Nous étions trop jeunes j'avais à peine un an et Andrass trois. Qu'est-ce qu'on aurait pu comprendre ? Rien. Il m'a alors montré les registres de l'état qui n'était pas falsifié. Il m'a aussi dit qu'il avait dû se refaire une fortune avec son nom vu que son frère avait tout pris. Et moi ? J'ai repris mon vrai nom, j'ai demandé à Andrass de reprendre le sien. Liam et Ayanëa Al'Sharam, je refuse désormais de porter un autre nom que le mien. Là où je suis triste c'est pour Kraal, pour moi il était mon frère alors qu'en fait il n'est que mon cousin. Je crois que de nombreuses choses sont à revoir. Par contre j'ai dû lui dire maman. Ta folie, ton envie de rester dans le passé, je peux le comprendre désormais. Privé de tout tu es devenue de plus en plus fragile, jusqu'à ce que ton esprit, ne puisse plus encaissé. Il m'a promit de m'aider à te sortir de là.

Désormais c'est notre nouvel objectif. Maintenant que je suis revenue et qu'il sait que je sais. Maintenant que nous avons reprit notre véritable identité avec Liam, la dernière choses à faire c'est de te sortir de là et de te rendre à papa. Ça risque de ne pas être simple. Ni moi, ni Liam ne pouvons agir à notre guise et puis je ne peux pas non plus utiliser mes pouvoirs pour ça. Par contre il y a quelque chose que ce cher oncle ignore. Kraal est de notre côté et ça, il ne s'en doute pas une seconde. Bientôt vous serez réunis, même si je ne peux plus te voir désormais, je te sortirais d'ici bientôt, je te le promets maman.
Je t'aime Aya.











Cilliran







SURNOM : Cilli
ÂGE : 1 an
SEXE : Mâle
RACE : Ayan




DESCRIPTION



Tout une histoire entre lui et moi. Nous nous sommes rencontré à An-Trazza après mon retour. J'étais toujours aussi blessé, je ne voulais qu'une chose, tout laisser tombé. Ma vie venait de s'écrouler comme un jeu de carte sur lequel on a soufflé et c'est là qu'il est venu. Au départ, il a semblé timide et puis finalement après quelques minutes à s'observer mutuellement, il s'est approché de moi et a posé sa main sur ma joue. Un courant électrique est passé de lui à moi et j'ai alors vu des images défilé dans ma tête. Moi assise et triste et puis lui venant se poser devant moi. Je l'ai regardé avec un sourire doux et finalement j'ai pris la parole.

« Cilliran. Ça te plaît ? »

Et c'est ainsi que tout a commencé entre nous.












DERRIÈRE L'ÉCRAN


CODE : Mangé par Kay' :3
PRÉSENCE SUR LE FORUM (SUR 7 JOURS) ? : Au moins une fois par jour.
COMMENT AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE FORUM ? : Bah je suis là depuis le début ^^
UN AVIS ? : J'aime toujours autant n'hésitez pas à tenter l'aventure avec nous ^^




Autrefois, je répondais au nom d'Esthia Shallal, mais ça c'était avant d'apprendre la vérité. Désormais, je me battrais au grand jour. Attends-moi, je viendrais te chercher et toi crains-moi, cache-toi, car rien ne pourra m'arrêter désormais, bientôt ce sera ton tour de souffrir comme tu l'as fait souffrir.


Dernière édition par Ayanëa Al'Sharam le Ven 21 Aoû - 7:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

La Marchombre
Protecteur

XP : 0
Messages : 84
Ici depuis le : 04/05/2014
Couleur Dialogue : Teal



MessageSujet: Re: Ayanëa Al'Sharam   Mar 27 Jan - 19:09

◈ VALIDÉ ◈

La bienvenue officielle parmi nous, puisses-tu t'y plaire

"20" XP offerts.

Profites-en pour venir demander :

✔ Proposer ou répondre à un RP -->
✔ Commencer un Carnet de Voyage si tu le souhaites -->
✔ Remplir ton Feuillet Personnel que tu trouveras dans ton Profil




Cap ou pas Cap ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ayanëa Al'Sharam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rudiments de Valarin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merreth ::  :: Registre des Personnages :: Identités Vérifiées-