Partagez | 
 

 Rencontre sur les terrasses [PV : Esthia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Le Fennec de Bena-Rae
Capitaine Pirate

XP : 23
Messages : 9
Ici depuis le : 15/08/2014



MessageSujet: Rencontre sur les terrasses [PV : Esthia]   Lun 18 Aoû - 17:03

Cyrus s’appuya sur la balustrade. Le vent caressa sa joue, souleva quelques-unes de ses mèches. Tout était calme en bas. Quelques nuages épars tachetaient le ciel azuré de leur substance laiteuse. Leur présence laissait apparaître en contre-bas de multiples zones d’ombre sur le sable chaud du désert. Plus à l’ouest, au loin, l’homme pouvait même apercevoir une caravane zigzaguant entre les dunes  sous le regard brûlant des deux soleils de Merreth.
En revanche, en haut des tours d’Evant’ÿs, le calme ne semblait pas être de mise en cette fin de matinée. Marchands et artistes en tout genre redoublaient d’ardeurs pour attirer l’attention de clients en grand nombre. Il y en avait de tous les ages et de tous les types. Certains des commerçants atteignaient même la soixantaine. Le vent ne leur facilitait cependant pas la tâche puisque son murmure se faisait entendre de façon insistante sur les draperies colorées des échoppes et des autres commerces. C’est impressionnant qu’ils puissent même parler après une matinée pareille…
Cyrus sourit. L’avantage de ces tours, trouvait-il, était que leur hauteur rendait l’air bien plus agréable à respirer que la proximité des dunes et leur chaleur étouffante. Il aimait venir se relaxer sur les terrasses des tours de temps à autres, lorsque l’envie lui prenait. Cependant, et bien qu’il apprécia particulièrement cet Oasis, sa venue était loin d’être anodine. Il était arrivé quelques jours plus tôt escorté d’une bonne vingtaine de ses propres hommes. Habillés de vêtements pillés quelques mois plus tôt sur les dépouilles des marchands d’une caravane ainsi que de leurs protecteurs Doss’Ta,  et accompagnés de tout un assortiment de bêtes, ils n’avaient pas rencontrés de réel problème pour pénétrer dans l’enceinte des tours. La viande avait toujours été recherchée par les habitants des oasis ; la rareté des terres permettant leur élevage jouant beaucoup sur ce phénomène.

Après avoir vendu de manière totalement légale son bétail, il s’était occupé d’arranger quelques rendez-vous beaucoup moins honnêtes dans les étages inférieurs des tours. Au contraire de beaucoup de ses congénères, Cyrus aimait programmer ses attaques. Ainsi avait-il disséminé au fil des ans de multiples espions dans les oasis contrôlés par les Ghildes. Il se devait de les payer grassement évidemment, mais en contrepartie il disposait de nombreuses informations plus qu’utiles : les dates de départ des grandes caravanes, le nombre de leurs gardes et beaucoup d’autres petits détails qui lui facilitaient énormément la vie. Tout est plus facile lorsque l’on utilise sa tête. Il est dommage que nombre de mes semblables ne s’en apercevront jamais. Les Ghildes auraient alors bien du soucis à se faire…

Le pirate s’étira négligemment. Leurs affaires ayant été réglées, il ne leur restait plus maintenant qu’à attendre le lendemain pour reprendre leur chemin sur la Route Pourpre. Là-bas, dans l’immensité désertique, un de ses navires les attendrait bien sagement à l’endroit qu’ils avaient convenus. L’opération toucherait alors à sa fin et tout serait pour le mieux.
Du coin de l’œil, il aperçut une femme qui comme lui s’était posée contre la rambarde au bord du vide, seule. Il examina sa silhouette quelques secondes puis porta son attention sur son visage. Pas mal… Il étudia un moment sa propre tenue, plusieurs couches de fins tissus aux différentes teintes de jaune, et décida finalement qu’il n’était pas trop mal habillé. Il entreprit de se rapprocher de l’inconnue en question avant de prendre la parole.

« Mademoiselle, bien le bonjour. Cela m’étonne fort de trouver une femme telle que vous sans accompagnateur. Tout le monde sait que les forbans n’hésitent pas à monter jusque sur les marchés pour trouver leurs cibles, bien souvent de jolies jeunes femmes comme vous. Elles produisent en général de jolies rançons. Ce qui serait fort dommage en cette fin de matinée, vous en conviendrez. Si vous me permettiez de passer le temps en votre compagnie, vous me feriez là un immense honneur... Et si ma pathétique excuse pour vous adresser la parole ne vous convainc pas pour autant, dites-vous bien que mon objectif n’était en aucun cas de vous incommoder mais plutôt d’apprécier la fin de cette journée en bonne compagnie plutôt que dans la solitude. Ce que la majorité des gens préfèrent. Je me prénomme Cyrus, c’est une joie de faire votre connaissance. »

Il la gratifia d'un petit sourire et la salua d’une légère inclinaison du buste. Il lui restait bien une demi-journée avant de prendre à nouveau la route. Et, quitte à déambuler, autant le faire bien accompagné. Il avait toujours apprécié la compagnie des femmes et pas que dans son lit. Il avait toujours été respectueux envers elle, car il était certain que leur nature était différente de celle des hommes ; plus délicate, plus douce. Plus trompeuse aussi. Leur finesse d’esprit s’avérait souvent bien meilleure que celle des hommes. Les discussions s’en trouvaient en général bien plus intéressantes. Tout du moins le trouvait - il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Rencontre sur les terrasses [PV : Esthia]   Lun 18 Aoû - 18:49

Evant'ÿs, voilà une ville ou je n'avais encore jamais mis les pieds. J'avais l'impression que ces derniers jours relevaient de châtiment pour moi. Plus le temps allait et plus on m'éloignait de Karek, comme si chacun d'entre nous allait trahir sa Ghilde pour ne plus y revenir. Comme si nous pouvions faire cela. J'aimais mon travail d'enquêtrice et Karek appréciait plus que tout son travail de protecteur. Peu importe qui il protégeait en fait. Ce n'était pas tout à fait mon cas. On pourrait croire comme cela que je l'aimais plus que comme un ami, plus que comme un frère mais s'était plus compliqué en vérité. Pour moi il était une partie intégrante de ma famille, celui qui avait le droit de me tuer si jamais je venais à déraper, mais plus que cela encore. Il m'avait entraîné, appris des tas de chose dont le combat, il était le seul à pouvoir me calmer en cas de problème. À croire que le lien qui nous unissait était trop fort, trop puissant pour qu'il perdurent. Et me voilà de nouveau loin de lui. Contrairement à l'autre fois où il m'avait accompagné, ce n'était pas avec lui que j'avais fait le voyage cette fois-ci, la trahison n'en était que trop douloureuse pour moi. J'avais l'impression de n'être plus que la moitié de la personne que j'étais.

J'avais tellement de mal à créer des liens que celui-ci avait paru une aubaine, mais voilà que tout finissait par s'arrêter. J'avais peur de perdre mon ami, mon frère. Peur de perdre mon identité d'enquêtrice. Tout avait commencé avec lui et je me trouvais aujourd'hui au temple des deux soleils alors que lui se trouvait à dans la caserne Doss'Ta d'An-Trazza. Je savais que je n'aurais pas du m'accrocher à lui de cette façon, sauf que chacun d'entre nous sait que c'est impossible. Mon pouvoir était complexe, différent de tout ceux que les Psyjiic possédait et dangereux pour une seule et bonne raison, il touchait directement aux sentiments. Ceux qui régissaient les réactions, ceux qui faisaient que nous étions attiré par tel ou tel personne. Ces sentiments me rendaient la vie impossible par moment, mais je ne pouvais pas réellement faire autrement, j'étais née avec ce don et j'allais devoir le supporter pour un bon moment. Je regardais la chambre qu'on m'avait accordé. Assez grande pour être honnête, mais elle ne valait pas la mienne d'An-Trazza.

J'avais envie de rentrer, de suite et de tout laisser de côté, mais je devais encore rester là. Je me levais donc pour aller chercher un livre à la bibliothèque, autant s'instruire le plus possible. Pourtant, je ne restais pas longtemps dans la bibliothèque contrairement à celle du temple d'Azur, celle-là était bruyante. Pas moyen de se concentrer, pas moyen d'avoir le cœur au repos, il fallait que je trouve un autre endroit. Mes sabres dans le dos et mon don sous le coude, je pris la direction de la ville. Je n'étais pas certaine qu'on me laisse sortir, mais j'en avait réellement besoin. Je regardais les gardes à la porte et prit rapidement la parole.


« Je sors et ne vous en faites pas, je suis capable de me contrôle quand même. De plus inutile d'alerter la cavalerie, je sens déjà la présence de mon protecteur actuel, il me surveillera. »

Comme je le pensais, ce gars avait un pouvoir d'intuition. Capable de savoir quand et où j'allais. Je me tournais vers l'endroit où il était et avec un hochement de tête lui signifiait que je le remerciais de sa présence. Ce n'était pas plus facile pour lui que pour moi. Si j'étais moins surveillé étant un Psyjiic de second cercle, on se méfiait encore énormément de mon don vu qu'il touchait les sentiment, il m'était plus facile de dérapé que n'importe qui d'autre. Peu m'importait, tant qu'on n'était pas toujours collé à mes chaussures je m'en fichais. J'espérais seulement que cela cesserait avec le temps car s'était tout de même assez épuisant et difficile de tenter de nouer une relation avec quelqu'un dans ce genre de situation. Je me dirigeais donc vers les terrasses des marchés, là ou on pouvait être un minimum en paix. M'accoudant au bord, mon regard plongea dans le vide.

Je me sentais plus sereine. Ici, il n'y avait quasiment personne, les sentiments étaient si diffus que j'avais l'impression d'être seule au monde. Ça me faisait un bien fou et je laissais mon esprit au repos tout autant que mon cœur. Les deux en avait sérieusement besoin. Je me disais que cela continuerais durant un moment jusqu'à ce qu'arrive un homme. Son regard se posa sur moi, je le sentais, les sentiments émanant de lui était assez puissant sans être trop invasif. Cependant son intérêt pour moi m'étonna quelque peu. Je ne me trouvais pas belle, ni très attirante alors pourquoi s'intéressait-il à moi ? Bah peu m'importait de toute façon. Je ne bougeais pas de là où il était jusqu'à ce qu'il approche et commence une tirade digne d'un poète. Je le laissais finir pour prendre la parole à mon tour.


« Sachez monsieur que toutes les femmes comme moi ne sont pas forcément sans défense. »

Je lui montrait alors mes armes que j'avais posé sur le côté. Et puis mon don était assez puissant pour le tuer si je le voulais donc niveau danger j'avais envie de lui répliquer que s'était plutôt lui qui n'aurait pas du m'approcher, mais cependant je n'en fis rien et repris tranquillement.

« Ensuite si cela vous dit, bien entendu, je ne vais pas vous jeter simplement parce que votre raison de m'aborder était quelque peu pitoyable. Ne vous en faites pas, certains ont déjà fait bien pire que vous. »

Je me retournais finalement pour me retrouver devant un homme plutôt pas mal. Un brin étrange, je ne savais pas réellement comment l’interpréter, mais il était auréolé d'une aura de mystère qui donnait envie de s'approcher de lui et en même temps de s'en éloigner. C'était assez cocasse comme situation. Mes yeux bleus accrochèrent alors son regard et finalement je repris une nouvelle fois la parole.

« Je ne nomme Esthia, quand à savoir si c'est une joie de faire ma connaissance, apprenez déjà à me connaître, ensuite vous pourrez juger. »

Un sourire s'inscrivit sur mon visage. Loin de moi l'idée d'être désagréable mais il valait mieux éviter que les hommes comme lui disent ce genre de chose au risque de finir alpaguer par des femmes en manque de sensation.

« Bien alors que faisons-nous ? Parler, se promener ou boire quelque chose ? »

Une simple conversation lui irait mais s'il choisissait la promenade, cela lui allait tout aussi bien. Elle avait besoin de bouger et d'oublier qu'elle n'était pas chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontre sur les terrasses [PV : Esthia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merreth ::  :: Archives :: v1 de Merreth-