Partagez
 

 Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 15 Sep - 9:14


An-Trazza. Voilà que j'étais enfin de retour chez moi après plusieurs jours, en fait quasiment plus d'une semaine. Mon regard se posa sur cette ville comme si je ne l'avais pas réellement vu depuis longtemps. Récemment, les événements ne m'avait pas été vraiment favorable. L'enquête avec Sannom un protecteur que je ne connaissais pas s'était rapidement retrouver en bataille ranger ou nous avions était blessé tous les deux. Il s'était passé quelque chose entre lui et moi que nous n'avions pas eu le temps d'expliquer. Je m'étais rebellé et avait été punis par plusieurs jours d'isolement et puis on m'avait éloigné en quelque sorte. Des vacances ? Ça aurait pu en être si seulement je n'avais pas ce don. J'avais réellement sentis leur besoin de m'éloigner de la cité un temps. Probablement pour ne pas que je puisse faire quoi que ce soit contre la caserne Doss'Ta. Comme si j'allais commettre une stupidité pareil. Et après deux jours de repos sous haute surveillance, finalement Karek m'avait rejoint. Je n'avais pas encore été en mesure de le pardonner et la mission ne se déroula pas réellement comme on pouvait l'espérer.

Nous nous étions retrouvé en plein désert, sous une chaleur étouffante. J'avais été blessé plus que je ne l'avais encore jamais été et finalement j'avais été ramassé par un Hors-la-loi. Probablement l'un de ces pirates des sables. Sa guérisseuse m'avait soigné, mais contrairement à ce que j'avais pu penser, s'entendre avec l'un d'entre eux est très compliqué. Probablement trop compliqué. En fait je ne les comprenait pas réellement, j'étais trop ancré dans cette vie qui était la mienne pour comprendre leur réticence envers le système. Trop buté ? Probablement que nous l'avions été des deux côtés, mais cela je n'avais pas réellement pu lui en faire part. À la première occasion ils nous avaient laissé sur la route pourpre. De là, une caravane de marchand nous avait récupéré et finalement nous avait ramené à An-Trazza. J'aurais pu alors me dire que la galère était terminé, et ça aurait pu l'être sauf que j'avais oublié le rapport. Et je m'étais retrouvé pendant des heures, entouré des supérieurs Doss'Ta ainsi que des supérieur Psyjiic pour leur dire finalement que le marionnettiste était mort. Qu'il n'avait pas voulu kidnapper la gamine mais qu'en fait elle était sa nièce et qu'il avait voulu savoir comment elle allait.

Il leur avait fallut une demi-journée à me questionner, à questionner Karek, à me demander pourquoi j'étais autant blessé et des tas d'autres informations que je pouvais leur fournir, jusqu'à ce qu'il bute sur le fait que je ne pouvais pas réellement donné de description concernant les Hors-la-loi qui nous avait aidé et surtout leur chef d'ailleurs ainsi que le lieu vers lequel ils étaient partis. Comment aurais-je pu le faire alors que j'étais évanouis franchement ? Certain me crurent, d'autre probablement moins, mais j'étais passé maître dans l'art du mensonge, je n'avais pas réellement eu le choix en fait, s'était bien plus facile comme ça lorsqu'on ne connaissait pas les tenants et aboutissant complet de mon don. Mieux valait mentir que de se retrouver prisonnière. Finalement après un temps, ils tentèrent d'utiliser l'artefact de la vérité. Seulement mes sentiments étaient clairs et non trouvé et l'artefact ne pu dire rien d'autre que ce que je ressentais : il s'agissait là de la vérité.

On me remit alors sous surveillance, il fallait que Karek et moi reprenions du repos. Voilà en gros où j'en étais ce matin là. Alors que je déambulais dans la rue, le bras en écharpe et le visage et le corps encore plein de contusions et de coupures de partout. Je sentais encore nettement le bleu dans mon visage, ma joue fendu sur deux endroits, les coupures dans mon visage. Si elle se refermait, cela n'était réellement pas assez rapide et j'avais encore beaucoup mal au bras. À croire que ça ne se passerait pas assez rapidement. Je regrettais maintenant de ne pas avoir laissé la guérisseuse me mettre cette écharpe, mais bon la vie était ainsi non ? J'avais été tenté de me rendre à la caserne Doss'Ta, non seulement pour m'excuser auprès de Karek. Car j'avais compris une chose sur ce bateau, si j'avais été fâché envers lui, je ne l'étais pas assez pour le perdre et j'avais eu une peur de tous les diables alors que je l'avais cru perdu. D'ailleurs j'avais mis le hors-la-loi hors de lui lorsque finalement pour le rejoindre sur le bateau, j'avais assommé la moitié de son équipage qui s'était rapidement remis sur pied. Je n'avais pas utilisé beaucoup de puissance en fait.

Et puis j'avais envie de voir Sannom, de tenter de comprendre ce qu'il se passait avec nos dons respectif, avec … je n'osais même pas évoqué cette possibilité à haute voix tellement elle me fichait la trouille. J'avais réellement envie de voir s'il allait bien car même si Karek m'avait assuré qu'il n'était pas en danger, je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète. Seulement je me ravisais. Mon frère était passé me voir en début de journée le jour d'avant et il m'avait bien fait comprendre que ce n'était pas le moment de désobéir aux ordres. Comme si je ne le savais pas. Peu importe ce que je faisais, peu importe combien je leur montrais que je pouvais me contrôler, on me surveillait constamment. J'étais donc en plein milieu de la place marchande et mon regard se tourna alors vers un homme que je connaissais. Mon protecteur habituel. Rien de mieux que cela pour vous redonner le moral. Je réfléchissais donc à toute allure, il me fallait du calme, il me fallait de la tranquillité et même si je n'étais pas ce qu'on pouvait appelé une fervente des cultes, je savais aussi que le temple de l'eau serait le seul endroit ou je pourrais être en paix.

Je me dirigeais donc vers le temple, ressassant sans cesse les événements passés. J'avais besoin de réponse surtout en ce qui concernait Sannom, mais je savais pertinemment que je n'en aurais jamais. Peu importait les événements, peu importait le fait qu'on s'était bien entendu, il ne s'était s'agit que d'une fois et je savais aussi que dans un autre temps, je perdais petit à petit Karek. Mes repères tombaient les uns après les autres, il allait falloir que j'aille voir ma mère, mais pas de suite. J'étais encore trop contusionné pour ça et je ne voulais pas lui faire peur inutilement, même si elle ne me reconnaissait pas. Je soupirais doucement en entrant dans le temple, sans me retourner je pris la parole.


« J'espère que vous me laisserez quand même quelques minutes de répits. »

Je me retournais rapidement pour voir le regard du protecteur, visiblement il n'en avait pas l'intention. Tant pis. Mes pas franchirent alors le seuil du temple. Je regardais à droite et à gauche, avisant les bancs et finalement je finis par m'asseoir sur l'un deux. Je ne savais pas prié, mais je pouvais au moins me dire que dans cette endroit mes pensées seraient entendus et que peut-être elle trouverait un écho favorable. Savait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 15 Sep - 10:42

Na' Dir Ziran était recueillie dans le temple de sa Déesse depuis la veille. Elle avait abandonné un de ses clients, Viktor, riche, il avait un physique qui ne ressemblait en rien aux gens d'ici. Il avait des yeux de glaces, une peau de nuage et des longues mains qui n'avaient jamais travaillées. Elle ne l'aimait pas car il gardait des Ondineas enfermés dans un aquarium. Les bêtes se laissaient mourir les unes après les autres, ce qui fendait le cœur de Na', elle ne voulait jamais que Manar assiste à ce désolant spectacle, si bien que jamais Viktor ne connu l’existence de son enfant. Ces beaux loups de l'Oasis mourraient au bout de quelques jours et étaient toujours remplacés très rapidement, en grande pompe et au versement de sommes exorbitantes pour le plus grand délice de sa fille et de sa femme. Sa femme était d'une beauté remarquable, mais comme lui, inhabituelle. Na' savait très bien qu'ils avaient dû l'attendre jusqu'à très tard dans la nuit, qu'ils appelleraient ses supérieurs, mais ici, dans son antre, serrant Manar fort contre sa poitrine, rien ne pouvait lui arriver. Lith Mere lui apportait la paix et la protection dont elle avait tant besoin. Ils n'étaient pas mauvais avec les humains, mais les créatures, parcelles de vie, signe de la Grande Déesse, avaient droit au respect qu'inspirait toute forme d’existence. Et Viktor et sa femme étaient loin de les chérir comme ils le devraient, les tuant pour le plaisir de les voir enfermés dans des cages. Cela brisait le cœur de Na', qui refusa, hier soir, qu'ils la touchent. Que leurs mains, qui devaient être remplies des tâches du reproche, palpe son sexe et ses seins.

Elle soupirait, toujours serrant Manar contre son cœur, comme si on voulait le lui arracher, baignant de larmes saines et silencieuses. Manar et la Déesse étaient tout ce dont elle avait besoin.
Le temple fut vide toute la nuit. Elle était arrivée le soir, beaucoup de femmes se pressaient autour de l'autel et déambulaient des les couloirs et les immenses pièces -ah ! Si belles. Mais une fois la nuit tombée, elles ont dû repartir, la Déesse dans leur cœur, retrouver un mari et des enfants, ah ! Les enfants... Cette idée vida à nouveau Na' de toutes ses forces et de toutes ses larmes.
Elle ne sut si elle avait dormi ou si elle était restée prostrée là, Manar sifflant dans un ronflement d'enfant qui l'émerveillait au plus profond de son âme.

Au matin, d'autres femme vinrent. Des pauvres, en guenille, pleurnichant l'aide de la Déesse, puis des plus riche, rituel du matin avant de partir travailler.
Elle vit mendiantes et prostituées défiler, les observant, avant que ce soit une danse de marchandes aux voix fortes qui ne respectaient pas la tranquillité du lieu.

Pour la première fois depuis son arrivée, une femme entra et se posa sur un banc. Elle sembla prier. Qu'avait-elle dit en entrant ? Ah oui.. Elle désirait du répit...
Mais Na' était intriguée par son recueillement si solennel, changement des mouvements effrénés des autres visiteuses. Elle voulait du calme elle aussi... De la tranquillité...
Mais la jeune courtisane voyait en elle autre chose de bien différent. Elle voyait en elle l'alerte du besoin, noyée dans ses problèmes, elle venait respirer à la surface du Temple de l'Eau. C'était pour elle, le signe de la Déesse, un enfant tombé du lit, à qui elle devait offrir son aide. Sinon, pourquoi elle se serait arrêter là, alors que Na' veillait alors depuis des nombreuses heures, alors que les autres passaient leur chemin, préoccupées par leur vie futile.

Elle se leva doucement, reposant un Manar sage sur le banc qu'elle quittait alors. Elle fit quelques pas gracieux et silencieux, pied pointé, puis ancré dans le sol l'instant d'après, dans une danse de chevilles, léchées par le tissus doux et flottant de sa robe.
« Bonjour Ma Dame » Hésita-t-elle de sa voix qui ressemblait à un souffle, mélodie oubliée.
« Je ne souhaite point vous importunez mais j'ai bien peur que vos blessures ne soient pas belles à voir. L'eau de la Déesse peut sans doute soulager vos peines ? »
Elle avait le regard angoissé, honteuse d'être ainsi intrusive dans la vie d’autrui.
« Peut-être accepteriez-vous de m'accompagner dans une petite salle adjacente où l'eau est miraculeuse et pure ? Je peux vous aider, l'eau répond à mes prières de la même manière que mes prières répondent aux miracles de l'eau. »
Toujours honteuse, elle ajouta d'un ton un peu plus ferme car elle se sentait devenir bête.
« Si cela ne vous rend pas une santé immédiate, cela vous soulagera grandement, la Déesse Lith Mere est bonne avec ses serviteuses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 15 Sep - 15:11

Le temps ne semblait pas avoir d'emprise dans ce lieux, comme si chaque moment passé ici m'éloignait de ma colère, de mon chagrin. Je ne pouvais pas dire que je me sentais mieux, mais j'avais la très nette impression d'être moins opprimé. Alors que tout ceux qui y entrait en ressortais directement, je me permettait de m'asseoir, de regarder autour de moi, de profiter de ces quelques moments de tranquillité avant de repartir dans le monde. En ce moment, j'avais du mal à bien me situer, je ne savais pas trop comment réagir, j'étais excessivement sentimentale. Un contrecoup de l'utilisation prolongé de mon pouvoir ces derniers temps, mais il n'y avait pas que ça. J'avais toujours ressentis tous les sentiments d'autrui et voilà que désormais je m'ouvrais moi-même à ces sentiments. Ce n'était pas quelque chose que je ne faisais jamais, au contraire, j'avais toujours connu la colère, la peur, la tristesse, mais je n'avais encore jamais ressentis des sentiments plus profonds. Des sentiments qui touchait mon âme tout autant que mon cœur et je me rendais alors compte que tout ces sentiments étaient effrayant.

J'avais constamment repoussé tout le monde, m'enfermant dans ce monde qui n'était que mien, cherchant toujours autre chose que ce que les autre désirait. La où les femmes cherchaient avec avidité des hommes, je cherchais moi de la connaissance, là où les hommes cherchaient avec tant d'envie de l'or, je m'en désintéressais pour plutôt me tourner vers les sentiments eux même. Car j'avais compris avec le temps que la véritable richesse ce n'était pas celle qu'on acquérait avec ce l'argent, mais bien celle qu'on développait dans notre cœur. La véritable richesse pour moi était sentimental. J'avais souvent maudit ce don, maudit ce pouvoir de naissance, mais je devais avouer une chose, il m'était particulièrement utile pour comprendre les gens, ou alors pour les détester. Je sentais d'ailleurs dans mon dos le protecteur qui m'avait été assigné. Quand aurais-je enfin la paix ? Quand n'aurais-je plus besoin d'avoir quelqu'un sur le dos ? Quand serais-je enfin libre de tout ça ? Quand pourrais-je déambuler sans me dire qu'on aura toujours un œil sur moi ?

Je savais parfaitement que ce ne serait jamais en vérité. Sauf lorsque je serais morte. Car s'était cela mon plus gros problème. Peut importait le degrés avec lequel j'avais une maîtrise de ce pouvoir tout ce jouais sur des sentiments et tout pouvait déraper d'un moment à l'autre. Je comprenais parfaitement ce besoin d'être rassuré de leur part, ce que je ne comprenais pas c'était cet entêtement à me considérer comme instable alors qu'ils savaient tous très bien que je me maîtrisais parfaitement. Mon cœur s'emplit de larme comme ces derniers temps, je n'arrivais pas à outrepasser ces sentiments, je préférais encore lorsque je ne ressentais rien de particulier, lorsque je ne m'étais pas ouverte aux autres. J'étais entrain de me dire en fait que j'étais bien mieux avant ma rencontre avec Sannom et cela me faisait encore plus souffrir. Je me perdis dans mes pensées pour peser le pour et le contre lorsque j'entendis une voix me sortir de celles-ci.

Je relevais doucement la tête pour voir une jeune femme en face de moi. Je ne savais pas trop quel âge lui donné, mais elle était exagérément belle. Étrange. Je sondais doucement ces sentiments et finalement me rendit compte qu'il n'y avait aucune méchanceté dans ses paroles, seulement de la bienveillance, comme si elle cherchait uniquement à me soulager de la douleur qui m'envahissait. Je ne comprenais ces paroles cependant que quelques minutes plus tard alors qu'elle venait de finir de parler.


« Bonjour ma dame. »

Je m'arrêtais quelques seconde et puis reprit.

« Mon offre est on ne peut plus généreuse, mais je vais devoir décliner. Mes blessures se guériront d'elle même ne vous en faites pas. En fait pour être honnête avec vous, mon cœur souffre bien plus que mon corps en vérité. »

Je soupirais intérieurement et puis reprenait une fois de plus.

« De plus, je doute que mon protecteur me permette ce genre de facétie et pudique comme je suis, il est hors de question de faire quoi que ce soit devant lui. Mais merci de cette charmante attention. »


Un sourire tranquille, celui que je réservais lorsque d'habitude j'étais plus calme et sereine. Je savais bien que ça ne serait que de courte durée, que ces instants volés ne durerait pas éternellement mais je savais aussi qu'il faudrait à un moment ou à un autre que j'expulse, cependant je n'avais jamais personne pour parler, je n'avais jamais eu personne pour parler de toute façon.

« Dites moi, êtes vous une prêtresse de l'eau ? »


Je me demandais bien pourquoi la jeune femme tentait de prendre soin de moi de la sorte. Extérieurement, je devais avoir une allure bien pitoyable et ce n'était pas prêt de s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyVen 19 Sep - 7:35

La jeune femme semblait un peu... Lointaine, assez ailleurs. Le cœur de Na' se serrait car elle comprenait très bien le fait que l'esprit soit là où il devait être, loin de ce corps prisonnier. Elle espérait que la femme ne connaissait pas le sort de la réalité qui consistait à souffrir, loin de son vrai « soi ». Elle croyait s'y reconnaître, elle ne savait rien d'elle, mais une jeune femme se recueillant devant Lith Mere ne pouvait être que bonne. De plus, la peine qu'elle portait semblait absolument lourde. Na' aurait voulu la consoler.
Mais elle refusa, gentiment, avec douceur, bien sûr. Elle avoua que les peines que Na' redoutaient étaient fondées. Cela l'inquiéta, si le physique était moins abîmé que son âme... Il y avait de quoi faire, de quoi s’alarmer. Na' palpita, redoutant le pire, comme toujours.

« Votre protecteur, si c'est un homme, n'est pas autorisé à entrer dans le lieu qui vous apportera un peu d'aide, au moins, la paix. »
Répondit-elle un peu trop sèchement. Elle n'avait pas voulu la blesser, mais, pour Na', le culte de la Déesse Mère, de cette perfection maternelle, n'était pas digne des hommes. Penser qu'un mâle pouvait se permettre d'entrer dans les salles reculées et saines, comme le ventre de la Déesse Mère, la faisait frissonnait. A vrai dire, elle espérait que les hommes ne puissent se recueillir dans ces endroits sacrés, ils ne portaient pas le merveilleux fardeau maternel, ils ne devraient pas pouvoir s’accommoder de l'amour de la Déesse.
Na' dans sa tristesse, derrière son cœur, battait une rage misandre qui l'emportait trop souvent. Comme cela le fit dans ses dernières paroles.
Mais, ce rendant compte de son affront verbal à la jeune femme, pourtant en détresse, son beau visage se transforma en moue élégante et désolée.

Soudain, pourtant, son expression se transforma. Prêtresse ? Elle ? Oh non ! Elle n'en avait pas, ne serait-ce que la tenue.
De la surprise, son visage se mua à la douleur. Elle s'assit alors, avec la légèreté d'une plume, près de la jeune femme.

« Oh... Non... »
Dit-elle à regret.
« Mais la Grande Lith Mere, Mère de toute chose sait bien que, même si je ne le peux ainsi, je ferai tout pour la servir de la façon la plus fidèle qu'il soit. »
Elle pris un temps, flottant un moment dans un mutisme triste.
« Je ne peux avoir cet honneur, et c'est avec un immense regret que je l'avoue. Que je me repends tous les jours. »
Puis, dans un sourire résigné mais douloureux elle annonça :
« C'est dans ce but, dans ma servitude éternelle, qu'un jour, le plus proche, je l'espère, je porterai un enfant – peut-être même plusieurs- consacré à Notre Grande Déesse, Lith Mere. Car c'est là tout ce pourquoi j'existe. »
Convaincue, elle lui fit un dernier sourire fatigué et timide, car elle savait bien que les choses ne se passaient pas comme elle le voulait depuis de nombreuses années.

Elle entendit un bruissement, au loin. C'était Manar, sur son banc, qui se retournait dans son sommeil. Soulagée qu'il aille bien, que lui, au moins, connaisse une paix intérieur sans borne, car, au fond, c'est tout ce qui lui importait, en attendant de porter en son sein un nourrisson, que le grand frère de celui-ci ce porte pour le mieux et le paisiblement du monde. Elle gardait toujours un œil élégamment discret mais attentif sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyVen 19 Sep - 10:50

Les sentiments... mon cœur s'effritait lentement au fur et à mesure du temps comme si rien ne pouvait désormais arrêter cela, comme si seul le temps décidait des changements. J'avais eu envie de mourir, oui, souvent en fait. J'avais eu envie de laisser tout tomber dans ce désert qui avait précédé ma rentrée ici. Seulement j'avais rapidement compris que vivre était le but de notre venu ici. Vivre pour mourir ensuite. La mort était quelque chose de complexe, bien plus que la vie finalement alors je continuais de vivre. Je continuais de souffrir, je continuais de ressentir, encore et encore. Alors que mon esprit semblait ne plus réellement vouloir rester trop longtemps concentré, mon corps me ramenait brutalement à la réalité. Cette douleur physique, je pouvais l'endurer facilement. La douleur de l'âme était quelque chose que je n'arrivais pas réellement à gérer, entre mes propres sentiments et ceux des gens qui m'entouraient, il existait un tel gouffre que le franchir pour me réfugier dans mon propre cœur semblait une bien mauvaise idée. Et dire que j'étais une empathe aguerrit. J'avais l'impression d'être retombé en enfance.

Comme cette première fois à mes cinq ans où je venais subitement de comprendre pourquoi je ressentais le monde différemment. Pourquoi j'avais toujours un coup d'avance sur tout le monde et surtout pourquoi je comprenais si bien les gens. Leur chagrin, leur peine, leur envie, leur désir. J'étais différente, je l'avais toujours été, mais jamais je n'aurais cru que ça pouvait atteindre ce stade là. Est-ce que je regrettais ce pouvoir ? Par moment oui, plus je comprenais les sentiments, moins je comprenais les gens en fait, plus je m'en éloignais pour éviter de n'avoir à ressentir constamment ce qu'il ressentait. La seule personne avec qui cela ne m'avait pas réellement posé de problème était Sannom. Étrangement il était le seul dont les sentiments ne viennent pas s'écraser contre mon cœur pour les piétiner. Il était le seul dont le toucher ne me dérangeais pas, au contraire, son toucher était agréable, j'avais d'ailleurs toujours envie de le retrouver pour qu'on parle tous les deux. Seulement pour le moment tout semblait compromis.

Mon cœur se serra une fois de plus et à cela vint alors se mêler les sentiments de la jeune femme. Et cette phrase qui fit grogner mon protecteur, s'il avait pu montrer les dents, il l'aurait probablement fait. Seulement voilà, il était dans un temple et devait se tenir un minimum. Un sourire que je lançais à la jeune femme pou sa phrase, cependant mon cœur ne me laissait pas réellement de répits. J'avais limite envie de retourner en isolement, dans le noir complet, ma douleur serait moins grande vu que moins de personne passait par là-bas. Seulement après l'interrogatoire, j'avais été conduite à l'infirmerie. Personne n'avait chercher à me soigner plus que je ne l'étais. Une punition pour ne pas avoir ramené le marionnettiste ? Peut-être, ou plus probablement parce que toutes mes blessures étaient déjà soigné. Je devais admettre que la guérisseuse du Hors-la-loi était réellement doué. Mon épaule me ramena douloureusement à la réalité et je pris donc le temps de répondre à la jeune femme.


« En vérité, cela causerait de nombreux problèmes que je préfère éviter. Si je suis surveillée c'est pour une raison et j'accepte cette raison. Pour cela je vous remercie, mais je préfère rester là. De plus j'ai réellement besoin de repos et rester assise de la sorte ne peut me faire que du bien. »

En fait j'étais un peu trop fier pour dire que mon corps souffrait tout de même. Plus de courbatures que des blessures qui m'avaient été causé, mais tout de même. Je ne m'étais pas franchement reposé depuis mon retour et j'avais beau faire la fière, la douleur était tout de même présente. Je laissais de côté mes pensées pour finalement me tourner vers la jeune femme. J'écoutais, comme souvent lors des conversations. J'étais bien plus du genre à écouter qu'à parler pour dire vrai. J'aimais entendre les gens parler, pour voir comment leurs sentiments influaient sur leur parole. S'était étrange et en même temps très instructif. Lorsqu'elle parla d'enfanter, je perçus en elle le réel besoin de cette demande, sa réelle envie. S'était son vœu le plus cher et alors qu'elle finissait de parler, ce fut à mon tour de prendre la parole.

« Il est étrange de voir à quel point vous avez envie d'avoir des enfants. Mais je ne pense pas que vous existiez seulement pour cela non ? »

Je le regardais avec un sourire.

« Ne vous méprenez pas, je trouve très louable votre façon de voir les choses et je vous avouerais que j'aimerais être mère un jour probablement, quand j'aurais trouver un personne que je puisse toucher. »

J'omis volontaire de parler de Sannom et ce qu'il s'était passé durant notre brève rencontre.

« Mais je pense que vous pouvez apporter d'autre chose. N'avez-vous jamais pensé à travailler dans un orphelinat ? S'occuper d'enfant sans parents devrait être un travail fait pour vous non ? Que faites vous exactement comme travail ? »

Les questions affluaient doucement et sans aucune animosité, seulement de la curiosité. J'espérais seulement que cela ne la froisserait pas. On ne savait jamais réellement à l'avance comment les gens réagissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyDim 21 Sep - 8:46

La dame continuait à serrer le cœur de Na', bien qu'elle se tint bien et parla avec aise. On ne pouvait que se douter qu'elle souffrait : tant ses meurtrissures n'étaient pas belles à voir et nombreuses. La courtisane admira cette jeune femme, dans une décence à toute épreuve, acceptant bravement son sort, le menton haut. Na' n'imaginait absolument pas ce qu'elle avait traversé, et, à vrai dire, ce qui l’intéressait c'était son état et absolument pas comment en était-elle arrivée là.

La femme choisie ainsi, le sujet de la maternité, le plus cher au cœur de Na'.

« Oh, si, je suis bien faîte que pour ça. Je ne suis qu'une jarre à remplir, je déborde d'amour. Mon sort est tel quel, de servir la déesse, même si j'aurai voulu pouvoir le faire autrement, montrer toute la dévotion que je possède. »
Elle s'emportait, ses yeux brillaient d'espoir et d'envie, ses épaules étaient parcourues de petits frissons de désirs. Elle soupira pour se calmer, son soupire n'était pas lourd, au contraire, il était tel une plume qui s'envole dans le vent.
« Être mère est une expérience merveilleuse. » Elle regarda Manar, au loin, avec un tendre sourire. « Je suis sure que vous aurez cette chance vous aussi. »

Tant d'espoirs, songeait Na'. A ce sujet, son esprit ne pouvait que vagabonder. Elle imaginait son ventre élégamment arrondi, les enfants que la Déesse baignerait avec amour dans son eau pure et médicinale.

« Je suis là où l'on m'a placé. » Dit-elle à regret.
« C'est vrai, jamais je n'y avais songé... Mais de la même façon, ce sont les Temples qui organisent le recueillement des enfants de la rue. Il me semble que mon repenti doit être encore long avant de pouvoir, ne serait-ce que travailler, dans un orphelinat régit par un Temple. »
Elle disait tout cela à regret, chaque mot, chaque explication lui avait arraché le palais, avait-elle l'impression. Sa langue avait du mal à former ses idées énorme et pâteuses dans sa bouche, soudain remplie d'aphtes, chose qui n'était pas réelle mais qui traduisait son angoisse terrible.

Elle prenait de profondes respirations, qu'elle espérait qui la rassurerait. Bien sûr sa grâce l'empêchait d'avoir l'air de respirer de cette façon, mais voilà, tel en méditation, ses inspirations étaient lentes et ses expirations très longues. Mais sans le bruit des gens qui veulent qu'on les remarques.
Se savoir prisonnière pour l'instant, sans enfants et courtisane était une réalité qui la paniquait terriblement.

« Et vous donc...» Demanda Na' avec charme et politesse, ramenant ses beaux yeux sur sa compagne. En effet, elle préférait penser à cette jeune femme qu'à elle-même, qu'à l'idée et l'angoisse qui venait de surgir devant ses yeux. De cette manière, elle s’oublierait un peu. Elle demanda, avec bienveillance et intérêt, tentant de chasser d'elle ces pensées sombres.
« … Vous êtes protégées... Vous souhaite-t-on du mal ? Est-ce parce que vous êtes... Le terme n'est pas le bon... Mais est ce parce que vous êtes ''traquée'' que vos ne pouvez faire confiance à personne de façon tactile ? »
Elle espérait une réponse et ne pas être indiscrète, elle lui avait bien demandé son métier, n'est ce pas ? Même si elle avait honteusement éludé la chose... Soudain, se rendant compte que ce n'était point poli. Une onde de tristesse traversa son aide, un voile grisâtre abati sur sa douceur, et, dans le plus bel abattement du monde, à fendre le cœur, car sa beauté transmettait si bien le déchirement... Elle ajouta avec un regret qui portait le poids de l'univers...

« Vous savez, si vous ne supportez pas qu'on vous touche par dégoût : je vous comprends entièrement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyDim 21 Sep - 14:03

Des sourires et de la tranquillité, voilà tout ce dont j'avais besoin. En fait je ne remarquais pas à quel point j'avais envie d'un minimum d'attention. Je ne voulais pas qu'on s'occuper constamment de moi oh que non. En fait j'avais juste envie que pour une fois on s'inquiète de ce que je ressentais au lieu de s'inquiéter de ce que je pouvais faire subir aux autres. Je soupirais intérieurement, mon regard posé loin devant moi comme si rien d'autre ne comptait que ce pauvre petit point de pierre dans un coin du temple. J'écoutais cependant avec attention ce que la jeune femme me disait. Je pouvais ressentir son envie, ce bonheur qu'elle ressentait en parlant d'enfant. Je me demandais bien si un jour je pourrais être comme elle, aussi enthousiaste à porter un enfant, ou alors à aimer quelqu'un. Quoi que la jeune femme ne lui avait pas réellement parler d'aimer quelqu'un seulement d'avoir des enfants et étrangement je n'avais pu ressentir qu'un sentiment d'amour maternel et non pas d'amour en général. Étrange que ce sentiment là, étrange aussi que cet amour maternel ne soit pas accompagné d'un amour normal en quelque sorte.

Je haussais imperceptiblement les épaules. Bah on pouvait avoir envie d'avoir des enfants sans forcément avoir envie d'être amoureuse. Parfois seul le désir d'être mère était présent, et d'autre fois il n'y avait que le désir d'avoir un partenaire, de se faire plaisir, de prendre du plaisir. Oui, je connaissais de nombreux sentiments, probablement trop de sentiments pour une jeune femme tel que moi. Pour une femme de mon âge. Moi qui n'avait jamais connu l'amour pour moi, je connaissais tellement d'autre chose. À ce moment, je détestais encore plus ce pouvoir et finalement après quelques secondes à reprendre contenance je me rendis compte qu'il était réellement malvenu de ma part de penser à cela dans ce genre de moment. Je repris donc tranquillement le cours de mes pensées alors qu'elle répondait à une autre de mes questions. Ses réponses paraissaient claires lorsqu'elle les énonçait et pourtant je pouvais sentir une certaine confusion, mais plus encore, elle regrettait cet état de fait. Moi aussi en fait je regrettais cette question.

Si j'avais su que cela la plongerais dans ce genre d'état, je me serais abstenu. J'entendais doucement ses respirations, cependant je n'étais de ceux qui se basait sur le physique pour savoir si cela allait, moi, je me basais sur le cour et je pouvais sentir que ça n'allait pas réellement. L'angoisse, un sentiment bien trop présent entre elle et moi. Je soupirais intérieurement, visiblement j'avais le don de mettre mal à l'aise les autres tout autant que je me mettais mal à l'aise. Finalement ce ne fut que lorsqu'elle parla d'être protégé que je souris largement. D'où sortait-elle pour demander ce genre de chose ? Je passais la main sur mon visage, j'avais eu conscience qu'elle avait en quelque sorte éludé l'une de mes questions mais peu importait, il fallait au moins que je lui dise que ce n'était pas du tout cela.


« Euh non, un protecteur c'est un guerrier Doss'Ta. Vous savez, ceux qui protège enfin surveille les Psyjiic en dehors du temple. S'il me surveille c'est en fait parce que je suis un danger pour les autres. »

Il grogna comme s'il approuvait ce que je disais, j'avais envie de lui balancer une décharge d'énergie juste pour le plaisir de le voir se plier en deux, seulement il changea d'expression lorsqu'il vit mon regard entièrement bleuté. Une belle remise à l'ordre, j'allais probablement me faire sermonner, encore, mais tant pis.

« En fait je suis une Psyjiic avec un don un peu trop puissant pour que je ne sois pas gardé sous surveillance. Je ne peux pas sortir sans un protecteur, malgré le fait que je sois reconnu comme quelqu'un qui maîtrise son pouvoir. Voyez vous mon pouvoir ne tiens pas seulement à ma forme physique. En fait il utilise les émotions. »

Je sentis le regard du protecteur. Il ne connaissait pas les tenants et aboutissant de mon don sachant que je n'avais jamais travailler avec lui, mais je ne comptais pas lui dire tout ce qu'impliquait ce don. Je laissais passer quelque minutes et finalement reprit la parole. J'avais quelques points à éclaircir avec elle, surtout sur sa seconde réflexion.

« En fait, je suis une empathe, je ressens les sentiments des gens m'environnant et je suis capable d'utiliser l'énergie que ces sentiments. En manipulant cette énergie je peux la faire devenir destructrice. Vous comprenez alors qu'à partir de ce moment je peux détruire une ville sans réellement m'en rendre compte si je perds le contrôle de ce don. C'est pour ça que je suis sous surveillance. »

Je montrais le protecteur derrière moi et puis finalement je repris tranquillement, le regard de nouveau dans le vide.

« Pour ce qui est du touchez, ce n'est pas par dégoût, c'est juste qu'avec la maîtrise de mon don, j'ai rapidement vu que j'étais capable en touchant les gens d'accéder très rapidement à leurs sentiments. Le problème c'est qu'il s'agit de décharge pur de sentiments, violentes, agressives. C'est pour ça que je ne touche personne. Je ne veux pas ressentir ça. Je ne peux pas, sauf en cas d'urgence ou lors de mes enquêtes, mais sinon j'évite au maximum. »

Et voilà, j'avais révélé une partie de ma vie, une grosse partie tout de même. La partie qui faisait de moi ce que j'étais. Je la regardais un instant et finalement reprit la question, la curiosité était trop forte.

« Vous ne m'avez pas dit quel était votre métier, mais ça vous dérange d'en parler peut-être. Si c'est le cas j'en suis désolé. »

Je la regardais avec un sourire, je ne voulais pas la gêner, mais j'aimerais tout de même savoir qu'elle était son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 22 Sep - 11:05

Quand Na' parlait, elle comprenait bien que l'autre l'écoutait mais qu'elle sondait en même temps ses propres sentiments, elle ne savait pas si cela faisait un écho en elle, mais voilà qu'elles abordaient des sujets qui leurs semblaient très sensibles.

Lorsque la jeune femme lui expliqua la raison de sa protection, Na' percuta. Ah, oui, elle n'y était pas du tout, du haut de son nuage, de son métier, de son repère, elle n'était amenée que très rarement à rencontrer des Psyjiic, la pauvre ne semblait pourtant pas un danger vu les meurtrissures qu'elle avait.
Na' fut gênée de montrer son manque d'éducation et de culture, elle sortait peu et trouvait peu de moyen de communiquer... Surtout autour des dons ou de sujets qui la touchent autant comme la maternité, finalement, elle n'était même pas sûre de vouloir en parler d'ailleurs...

Elle lui expliqua son pouvoir, mais Na' ne songea pas un instant qu'elle agissait sur elle en ce moment. La courtisane était triste, certes, avait le cœur lourd, mais cela était sans aucun doute dû aux sujets abordés et non au don de la jeune femme. Na' lui souriait doucement, comme pour la mettre à l'aise, la rassurer. Assumer un confort de l'âme qui était inexistant. Mais un sourire tendre pansait aussi souvent les plaies de l'âme, Na' voulait s'apaiser elle-même ainsi que sa nouvelle compagne. Ainsi, recréer peut-être une atmosphère paisible et calme.

Na' se tourna légèrement pour pouvoir voir le protecteur que la jeune femme lui montrait.
Elle se demanda bien ce que la jeune femme pouvait ressentir à son sujet de femme courtisane prisonnière et de son désir...
Manar, ayant sans doute capter le mouvement de sa maîtresse, qui avait à nouveau pivoter son dos correctement dans un geste de grâce, arriva sur ses genoux. Elle ne l'avait pas vu se lever, mais sans doute venait-il de trottiner jusqu'à ses pieds pour s'installer sur le coussin de ses cuisses, plus confortable que les bancs du temple.

« Vous ne paraissez pas un danger. » Elle réfléchit, peut-être avait-elle des missions secrètes dangereuses ou une maladie schizophrénique pour s'être mit dans un tel état... Ou... Ou... Na' pensait et se disait qu'elle était bien bête, elle détestait se rendre compte de l'ampleur de la débilité à toute épreuve de ses songes.
L'ignorance la caractérisait si bien...
« En tout cas, vous n’êtes pas un danger pour Manar et moi. » Conclut-elle attendrie.

Le petit animal s'était roulé en boule et se reposait tranquillement. Nombreux yeux fermés et ses mille pattes repliées sous lui.
« D'ailleurs, je vous le présente. » Dit-elle dans un sourire calme et attendri. Son cœur battant un peu plus fort à l'évocation de tout l'amour qu'elle avait pour lui. Elle espéra que tant d'émotion ne blesse pas la charmante protégée -c'est ainsi qu'elle aimerait la nommée désormais.
« Voici mon premier enfant. » Sourit-elle.
Bien sûr, elle savait qu'elle ne l'avait pas porté en son sein mais elle aimait tellement son bébé...

« Oh, j'ai un métier qui ne me convient pas. Je ne sais même pas pourquoi on appelle ça un métier. » Dit-elle en haussa les épaules, ne souhaitant pas plus évoquer le sujet.
« Mais... » Dit-elle soudain enjouée avec un sourire d'enfant naïf et plein d'espoir. « Si vous ressentez les émotions ainsi... Je vous propose de prendre Manar sur vos genoux, il est adorable, et, même si je suis loin d'avoir un quelconque don, surtout d'empathie, je le sens très calme. Peut-être son contact vous apaisera-t-il ? »

Elle continuait à lui sourire avec une pleine bienveillance et un regard qui se voulait motivant pour l'enjoindre à cajoler Manar, peut-être ce petit être tranquille, presque assoupi, serait d'un réconfort salvateur pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 22 Sep - 20:24

J'attendais patiemment et en même temps, je me demandais si ma curiosité n'était pas mal placé parce que même si je ne voulais blesser personne, j'avais toujours tendance à mettre les pieds dans le plat là où il ne fallait pas et surtout quand il ne fallait pas. Mon regard se posa une fois de plus loin, très loin de tout ce qui se passait autour de moi, je laissais tomber mon protecteur, je laissais tomber la jeune femme pour contempler un vide qui m'était familier. Ce vide, je l'avais ressentis pendant quelques jours seulement et même si cela ne me faisait pas réellement peur, je l'avais ressentis assez longtemps pour savoir ce que cela signifiait. Mon esprit laissait place à autre chose que ce à quoi il était habitué, cherchant à se reposer. Mon corps aurait dû faire de même sachant que j'avais longtemps repoussé le moment de me reposer, seulement voilà, après quelques temps je fus ramener sur la terre par la phrase de la jeune femme.

Je la regardais tranquillement. Elle ne savait pas réellement de quoi elle parlait et je ne pouvais pas lui en vouloir. Même sa phrase suivante était quelque peu hors contexte. Pour le moment je n'étais pas un danger parce qu'il n'y avait pas de situation d'urgence, je n'avais pas dû me défendre et je me contrôlais largement. Seulement lorsqu'il y avait de l'urgence, j'étais capable de devenir un véritable danger et il ne me fallait pas grand chose en vérité pour ne plus rien contrôler. Un contact prolongé avec quelqu'un, des vagues d'émotion trop présente, trop de personnes à éliminer et le déclic était immédiat. Je savais parfaitement que dans ce genre d'endroit je pouvais aussi perdre le contrôler. Il suffisait que beaucoup d'ennemi se présente devant moi pour que plus rien n'aille dans le bon sens. Je soupirais doucement et finalement reprit la parole tranquillement.


« Peut-être que pour le moment je ne vous apparaît pas comme un danger, mais croyez-moi, je suis dangereuse. Comme la plupart des Psyjiic. Nos pouvoirs bien que maîtrisés demeurent instables et il ne nous faut pas grand chose pour finalement perdre le contrôle. Je sais que ce n'est pas facile à comprendre, mais je sais ce que je suis et je vis bien avec de toute façon. Je sais que j'ai des limites et si parfois je les dépasse consciemment, il y a aussi des fois où ce n'est pas le cas. C'est ainsi que nous vivons. »

Je souriais, mais au fond de moi, je sentais bien que ce genre d'explication n'aidait pas toujours tout le monde à comprendre. De toute façon, on ne pouvait pas comprendre la vie des psyjiic tant qu'on n'en était pas. Tout était différent de l'extérieur, car si les gens savaient que nous étions plus dangereux que la moyenne, ils ne connaissaient pas réellement comment cela se passait à l'intérieur. Loin d'être maltraité, ce n'avait jamais été mon cas en tout cas. Le souci venait du fait de ces pouvoirs qui étaient toujours très complexe et que les gérer relevait d'un défi de chaque jour. Peut importe notre niveau de maîtrise, nous restions des dangers pour les gens nous entourant, s'était ainsi. Je revenais doucement dans le présent alors que quelque chose tilta mon empathie. Ce don, personne ne pouvait le sentir, personne ne savait que je pouvais plonger dans son être à tout moment sans qu'il ne s'en rende compte.

Ce don me mettait constamment en alerte. Toujours sur le qui vive, se méfiant de tout et perdu dans mes pensées je n'avais pas réellement fait attention à ce qui m'entourait jusqu'à ce que cet... qu'est ce que s'était au juste ? Lorsqu'elle le présenta comme son enfant, je ne pus me demander si elle n'avait pas réellement un souci. Est-ce que son désir d'enfanté était si grand qu'elle prenne un animal pour son enfant ? Cette jeune femme bien qu'intéressante était tout de même sacrément étrange. Je la regardais puis regardait sa créature. Je devais avouer que le prendre pour un enfant était un peu trop loin de mon imagination. Je ne pouvais décemment trouver en lui quelque chose représentant un véritable enfant. Je ne faisais pas cette réflexion à voix haute cependant étant donné que je savais qu'elle n'étais pas réellement gentille.

Elle finit par la suite par parler brièvement de son métier. Brièvement était un mot faible, mais je compris que cela ne servait à rien de demander des informations à quelqu'un qui n'en avait pas envie. Qu'elle idiote je pouvais être à balancer ces informations sur moi. Bah de toute façon cela importait peu. Le fait que je sois Psyjiic était une information en soit qui disait ''Danger, à approcher avec précaution''. Je la regardais cependant avec plus d'attention lorsque je sentis son cœur s'emballer ainsi que son espoir. Mon dieu que lui arrivait-il ? Et j'eus toutes les raisons du monde de m'inquiéter car sa façon de voir les choses étaient réellement lointaine de la mienne. Je ne pouvais décemment pas dire que son enfant comme elle le nommait m'apaiserait, bien au contraire. Il fallait que je refuse doucement et avec gentillesse, je me rendais bien compte qu'elle ne faisait pas cela méchamment, mais ce n'était pas pour moi.


« Votre offre est généreuse, cependant je me vois au regret de la décliner. Non seulement mon corps souffre tout autant que mon cœur, mais de plus je n'ai pas réellement de désir d'enfanter et je ne veux pas m'occuper d'un enfant. Ce n'est pas ce genre de chose qui pourra me calmer. La seule façon pour moi d'arrêter de souffrir serait d'aller le voir, cependant pour le moment ça m'est totalement refusé. Et dire que sans cette enquête nous n'aurions pas eu tous ces problèmes. »


Je soupirais pour moi-même. Je ne désirais rien d'autre que de le voir une nouvelle fois. Pouvoir le toucher, ressentir ce lien ténu et pourtant solide qui s'était formé entre nous en à peine quelques heures. J'avais réellement envie de le voir, plus que tout en quelque sorte car non seulement j'avais besoin de réponse, mais en plus je lui devait une explication. Nous avions besoin de parler de nos dons respectifs. Et pour cela, la seule solution était d'aller à sa rencontre. Cependant on m'avait bien dit de ne pas aller à la Caserne. Je ne pouvais même pas aller voir mon frère, ne restait finalement qu'une personne dans ma vie pour l'instant.

« Tant de chose, tant de différences et de ressemblances. Je me demande parfois si cela est réellement normal et ce que cela veut dire. »

J'avais murmuré cela pour moi, mais en moi bouillait un désir de connaissance. Je finis par me tourner vers la jeune femme.

« Excusez-moi, j'ai tendance à me perdre dans mes pensées. »

Un sourire, fin, délicat qui ne me ressemblait pas réellement mais qui ressemblait parfaitement à ce que je ressentais en ce moment. Au delà de la souffrance je développais mes sentiments, les miens propres, ceux que je pouvais discerner des autres et c'était cela qui faisait le plus mal probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyJeu 25 Sep - 19:14

Bien sûr, Na' avait entendu parler des Psyjiic et du fait qu'ils représentent un danger, qu'ils soient contrôlés mais... Pour Na' une Guilhde ne définissait pas grand chose, pour elle, il y avait des personnes, avec des cœurs plus ou moins grands, mais des personnes. Et puis c'est tout. Si cette jeune femme... D'ailleurs, comment s'appelait-elle ? Avait un don puissant voire dangereux, elle semblait de bon cœur et c'était là tout ce qui importait à la courtisane.

Lorsqu'elle répondit à son offre, Na' ne compris pas tout. Manar ne l'apaiserait pas visiblement, pourtant une âme ure et douce pouvait la soulager puisqu'elle était capable de ressentir cela. Mais bon. Na' fut grandement vexée, mais elle se contenta d'oser les épaules.
Qui voulait-elle bien aller voir ?
C'était tout de même très étrange comme discussion.

Elle murmura quelque chose avant de s'adresser à la jeune courtisane.

« Oh... Ne vous inquiétez pas... C'est vrai que vous semblez perdue... »
Elle ne finit pas sa phrase "dans vos songes" et pris une grande respiration, se faisant la remarque que ce qu'elle allait dire n'était peut-être pas aimable.
« Vous pouvez sonder les gens. Mais je n'ai pas pu réellement comprendre ce que vous sous-entendiez, vous savez. J'espère que vous pourrez vite le retrouver. »
Un homme ? Vouloir un homme, la compagne d'un homme ? Quelle horreur ! Na' pouvait lui en présenter plein... Elle serait drôlement déçue.
« Mais, pour les différences, les ressemblances... Il n'y en a pas, vous savez ? Rien n'est fait sur un modèle, je ne parle pas de génétique, mais voilà... Les gens sont eux-mêmes, comme ils sont. Et puis c'est tout. Il faut parfois arrêter de chercher, je crois. Ils sont ainsi et il n'en est pas autrement. Et tout le monde doit faire avec ce que sont les autres et ce qu'on est soi-même réellement, profondément. Ce n'est pas toujours facile. »

Na' se doutait bien que son discours en ferait rire plus d'un. Les éduqués, les plus lettrés qu'elle se moqueraient sans aucun doute. Sa vision des choses était si... Plate, si simple, il n'y a pas de complications, rien.
Les gens sont eux-même. Point. Tu es toi-même. Point.
On lui rirait au nez ''mais ma pauvre Na' ! C'est parce que tu es sotte que tu penses que c'est si facile de désigner les gens ! Ce n'est pas si simple, allons bon !'' Et on lui grattouillerait la tête, comme à un petit animal, ou on lui caresserait les cheveux ou les seins, comme à une courtisane.
Na' soupira, c'était bien trop simple oui, mais penser autre chose lui donner la nausée, le tournis. C'était la seule explication qu'elle n'avait jamais eu, sans réellement la chercher d'ailleurs. Mais elle fonctionnait à tout, parfaitement, allant d'elle-même au monde et aux gens.

Na' soupira, elle s'embrouillait dans sa tête, elle n'aimait pas ça, elle avait des pensées tristes, ça ne lui plaisait pas. Elle caressa compulsivement Manar, toujours roulé sur ses cuisses, et ferma un peu fort les paupières en priant silencieusement Lith Mere La Déesse Mère de bien vouloir lui accorder de bonnes pensées, plus sages, et plus calmes, apaiser son âme par le bruit de l'eau qui court.

« Au fait. » Dit-elle soudainement en ouvrant les yeux. « Tout au long de cette émouvante conversation, je n'ai même pas pensé... Quel est votre nom ? »
Elle fut tout de suite gênée après avoir posé cette question, mais elle ne savait pas du tout pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyVen 26 Sep - 10:44

Notre vision des choses semblaient bien lointaine et contrairement à ce qu'on pourrait penser, je pouvais la comprendre. Je comprenais aussi qu'elle n'arrivait pas réellement à me comprendre moi, parfois je disais tout haut ce que je pensais tout bas. Ce n'était que des réflexions personnelles qui misent bout à bout ne voulaient pas vraiment dire grand chose au final. Je le savais parfaitement et je ne voulais pas qu'elle le prenne mal. Cependant je sentis non seulement en elle un genre de confusion, mais aussi et surtout elle était vexé. Je pouvais le comprendre, mais franchement je ne considérais pas son enfant comme un véritable enfant et vu le degré avec lequel je serrais les dents parce qu'en bougeant j'avais un mal de chien, je doutais fortement de pouvoir tenir quoi que ce soit dans mes mains ou de soutenir quoi que ce soit. En temps normal j'aurais pu facilement, mais là... non ce n'était réellement pas possible.

« Je ne voulais pas vous vexer vous savez pour votre offre, mais je ne peux réellement rien tenir ni sur mes genoux, ni dans mes bras. Ça ne se voit probablement pas, mais chaque mouvement, même respirer inflige à mon corps une torture de tous les instants. J'aurais dû rester couché, mais rester au temple n'était pas envisageable, il fallait que je m'aère les esprits. »

Un nouveau sourire, espérant qu'elle comprendrait ce que je tentais de faire passer. J'espérais aussi sincèrement qu'elle ne se fâcherait pas parce ce que j'allais dire, parce que je n'étais pas tout à fait d'accord avec elle.

« Je ne peux pas être d'accord avec vous par contre. Nous ne sommes pas seulement ce que nous sommes. Nous sommes aussi ce que les autres font de nous. Votre éducation ou votre manque d'éducation. Votre apprentissage, votre métier. Vous vous façonnez vous-même mais les autres vous façonne tout autant. Les relations que vous entretenez, le travail que vous faites, les amis et les amants, même votre fils là. Chaque chose dans ce monde nous façonne de tel façon que nous trouvons alors des différentes mais aussi des ressemblances. Nous ne sommes pas que nous, nous sommes aussi et surtout ce que les autres font de nous, ce que nos relations avec les autres font de nous. Alors excusez-moi de ne pas être foncièrement d'accord avec vous sur ce point. »

Je la regardais tranquillement et finalement reprit la parole.

« Vous vous contredisez même sur un point. Vous dites qu'il n'y a pas de ressemblances ni différences mais s'est bien faut. Puisque chaque personne est unique, nous sommes forcément différent les uns des autres vous savez. Enfin ce n'est qu'une réflexion. »

Je soupirais doucement et finalement lorsqu'elle reprit la parole je me rendis compte qu'effectivement aucune de nous deux ne s'était présenté. Sentant le rouge monter à mes joues je finis pas reprendre la parole.

« Excusez-moi, je manque à tous mes devoirs. Esthia Shallal, Psyjiic de second rang et enquêtrice de profession. Si jamais vous avez un problème, je peux le résoudre. »

Un large sourire et finalement un petit rire m'échappa.

« Désolé c'est une façon théâtrale de me présenter, mais je trouvais ça plus joyeux que nos précédente réflexions. Je tiens à précisé que je ne me moquais pas de vous. »

Je lui souriais de nouveau, plus naturellement, espérant qu'elle ne le prendrait réellement pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyDim 5 Oct - 9:38

La jeune femme semblait souffrir, cela pinçait le cœur de Na', ne pas pouvoir toucher ou soulever une si petite chose comme Manar devait briser le cœur. Elle avait du mal à imaginer à quel point elle souffrait, vu son état lamentable, sous les vêtements devaient se trouver d'autres contusions.
Elle était sceptique, sa dangerosité avait trouvé quelqu'un de bien pire alors...

Puis la charmante protégée, fit un monologue, par rapport à ce que Na' avait dit. Justement, elle qui avait si peur de passer pour stupide car les gens n'avaient pas la même vision des choses. Avec leur culture, le fait qu'ils soient instruits... Tout ce qu'elle n'était pas. Mais là, lorsque la jeune femme s'expliqua, Na' la regarda, les yeux ronds comme des soucoupes, ronds d'étonnements. A la fin de son explication, au point final, Na' senti le rouge lui monter violemment aux joues. Elle baissa la tête pour que ça ne se remarqua pas, bien que ça ne servi à rien et qu'elle en était pleinement consciente. Elle aurait aimé qu'elle ne puisse savoir à quel point ce qu'elle avait fait était pire qu'une gifle. Elle ne s'était pas moqué, elle n'avait pas était indifférente, elle n'avait pas soupirer... Non rien, aucun mépris... Elle avait fait bien pire : elle n'avait simplement pas compris.
Comme si Na' avait été trop bête pour exprimer sa propre penser, pire qu'une moquerie ou qu'une remarque, elle répondit, de bon cœur, à côté de la plaque. C'est ça qui était le pire encore, elle l'avait fait avec bon cœur, compassion, gentiment, mais elle avait parlé d'autre chose, Na' n'avait pas était foutu de mettre sa pensée en mots...
Comme une insulte, mais pire, car elle partait d'un bon sentiment.....

Na' fut grandement heureuse qu'elle se présente, occasion de changer de sujet. Elle le fit, en effet, d'une façon théâtrale, Na' suppose que ce devait être à cause de son métier. Ou des gens qu'elle fréquentait, une façon de faire, rituel.
Elle faisait cependant bien de préciser que ce n'était pas pour se moquer, surtout par rapport à l'insulte involontaire qu'elle lui avait fait à peine plus tôt.
Et que Na', priait principalement, mais avec peu de foi, ayant entraperçut le pouvoir d'Esthia, qu'elle ne saurait pas la gêne qu'elle ressentait. Le mal que ça avait causé à son petit cœur et à son estime de soi.

Elle caressait Manar, assoupi sur ses jambes, de façon tout à fait frénétique.

« N'ayez pas à vous excusez, moi non plus je n'ai pas pensé à me nommer. Je m'appelle Na', de la famille Dir Ziran. »

Elle se demanda un instant si se présenter ainsi, en précisant sa profession, signifiait qu'elle aurait aimé que Na' fasse de même... Pour savoir, puisque jusque là, elle réussissait à cacher le fait qu'elle soit courtisane.

« Oh ! » Dit-elle, enjouée. « Mais c'est très bien de savoir qu'on peut compter sur une enquêtrice dans son entourage. »
Elle avait regagné son petit sourire gentil. Elle avait dit ça amicalement, trait d'humour et pleine de bon cœur et de bienveillance.
Sa mine s’assombrit aussi sec, elle avait dit cela sur un tel ton, pour continuer le ton joyeux qu'Esthia avait installait. Mais voilà, à l'instant où les mots franchir ses lèvres... Elle imagina bien, un de ses clients en particulier, très riches, qui était connu pour avoir fait plusieurs sévices à certaines filles comme Na'. Il n'avait jamais touché de manière illégale ou incorrecte à Na'... Mais elle savait, que, peut-être, un jour, son sang, au bout de la lame du couteau, les nombreuses entailles, petites scarifications piquantes sur la peau blanche mais halée, l’exciterait.
Elle frissonna. Et se dit que, oui, peut-être, un jour elle aurait besoin de faire jouer les relations d'Esthia, pour le coincer.

Mais qui s'occupait du sort des prostituées ? Même si celles-ci étaient de luxe ? Des courtisanes. Qui s'en souciait ?
Et cela voudrait dire, révéler son métier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayanëa Al'Sharam

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyLun 6 Oct - 13:12

J'avais sincèrement espéré que mes paroles puissent lui faire comprendre mon point de vue. Je ne voulais pas dire qu'elle avait tord, mais pour moi s'était le cas. Cependant j'avais eu tord et je pouvais très nettement le ressentir. Je ne savais pas trop quoi dire alors qu'elle semblait en proie avec ses propres pensées et moi avec ses sentiments. Pourquoi à chaque fois que je disais quelque chose pour faire comprendre aux autres ma façon de penser, il le prenait à cœur et se sentait blesser, voir insulter. Je ne comprendrais jamais cet état de fait. Sa vision était simple, la mienne plus compliqué. Je comprenais parfaitement qu'on ne pouvait pas décemment faire ceci ou cela, je comprenais aussi que ce serait compliqué de s'entendre avec tout le monde, mais à ce point là, je ne l'avais jamais cru. Comment faire pour s'entendre avec quelqu'un qui pensait que chacune des paroles que vous prononciez était une insulte à ses propres paroles. Mon esprit repartit en vadrouille, cherchant encore des raisons de m'en vouloir pour ne pas comprendre cela.

Je savais parfaitement que s'était idiot de ma part, cependant je ne pouvais pas faire autrement. L'auto-flagellation était quelque chose que je savais faire mieux que n'importe quoi et puis au pire qui s'en souciait ? Je savais que je ne reverrais pas ce protecteur. Je savais que contrairement au dire de Kaleb je ne trouverais jamais personne avec qui je pourrais construire quoi que ce soit. J'étais enfermé dans ce monde avec mon pouvoir, ce don si dérangeant et qui tenait tout le monde à distance. Ne pas ressentir de sentiment, j'aurais aimé pour faire cela durant ne serait-ce qu'une journée. Ne pas comprendre les gens, les laisser dans l'ignorance de mes sentiments, tout laisser et partir. J'avais envie de m'enfuir dans le désert et de m'y perdre une fois de plus. Sans Andrass, sans Karek, sans personne, juste moi et mes blessures, toujours plus nombreuses, toujours trop nombreuses.

Je revins finalement dans le présent alors que je l'entendais se présenter. Je lui fis un sourire et inclinais doucement la tête. Même se geste réveillait mon mal de tête, si persistant, si dérangeant. Je détestais être faible, mais je n'aimais pas plus être forte. Si seulement j'avais pu naître sans ce don peut-être que ma vie en aurait été différente. Je soupirais intérieurement, repensant à l'état de ma mère, à Kraal qui attendait probablement de mes nouvelles. Peut-être devrais-je passer à la maison un de ces quatre pour voir comment elle allait, lui parler même si elle ne se souvenait pas de moi, enfin même si elle m'avait enfermé dans sa mémoire comme la petite fille de sept ans que j'avais été. Si elle savait à quel point j'avais grandit, à quel point le passé, le présent et l'avenir me rendait différente de celle qu'elle avait connu. Je secouais doucement la tête pour moi et finalement souriais à sa remarque.


« Oui ça peut toujours être utile. »

Je laissais courir quelques secondes et reprit.

« Surtout que dans mon genre je me préoccupe du sort de tout le monde. Enfant, adulte, dame de compagnie, courtisan ou courtisane, rebelle et autre, enfin tout ceux qui ont réellement besoin de mon aide. Tout ceux qui ne peuvent faire autrement que de se taire parce qu'ils ont peur et qu'ils pensent que personne jamais ne s'inquiète pour eux. Moi je m'inquiète pour tout le monde et d'ailleurs c'est pour cela que j'ai souvent des enquêtes. Ça ne me dérange pas parce que j'aime réellement ça. »

Je lui souriais de nouveau et finalement je repris tranquillement.

« Vous comptez rester dans ce temple toute la journée ? J'aurais bien besoin de détendre mes muscles, vous voulez venir avec moi vous balader ? Vous avez bien entendu le droit de refuse, je ne m'en offusquerais pas je vous assure. »

Je lui souriais doucement avec tendresse. J'avais tendance à moins penser quand je marchais ou quand je regardais à droite et à gauche. Ma concentration était toujours accaparer par autre chose, ou alors par le fait que je ne devais surtout pas perdre le contrôle peut importe ce qui pouvait arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Na' Dir Ziran

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Nihiliste fantasque
Courtisane

XP : 86
Messages : 79
Ici depuis le : 08/09/2014
Couleur Dialogue : #330066 Violet Indigo



MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') EmptyVen 10 Oct - 20:54

Na' fut surprise par la confession de la jeune femme. Comment cela, tout le monde ? Les courtisanes ? Bon sang, lisait-elle ses pensées ? Savait-elle en fait... ?
Na' était totalement troublée. Gênée, peut-être, elle remua sur sa chaise, dérangeant un peu Manar dans sa sieste. Bien sûr que son subit malaise se vit, le mot courtisane, sans l'avoir bouleversée, l'avait totalement surprise, démunie qu'elle était par cet exemple qui faisait un juste écho à ses pensées.
« Oh, vous me voyez ravie que vous aidiez qui que vous soyez, c'est un merveilleux don à l'humanité que vous nous faîtes. »
Dit Na', qui, bien que troublée, avait le cœur qui s'emplissait de joie de voir quelqu'un de tant de bonté. Il était rare de rencontrer une si belle personne, qui se servait de son don pour faire le bien autour d'elle.
Ainsi, la jeune courtisane était à moitié sereine et à moitié dérangée par ce merveilleux aveu, enfin quelqu'un prêt à tout pour les autres, pour chacun d'entre nous, comme une protection merveilleuse.

Na' lui souriait béatement.

« Oui, allons marcher, cela me semble être une merveilleuse idée. De plus, Manar engraisse à faire un nombre trop important de sieste, une petite promenade lui fera le plus grand bien.'

Dans sa hardiesse, elle se leva. Flottement de tissus comme en lévitation, bruissements, cette femme, touchée par la grâce, dans un mouvement de bras calme et volatile proposa son aide à Esthia pour se lever. En effet, elle n'avait pas oublié que cette dernière souffrait atrocement, et bien qu'elle eut compris qu'elle ne préférait pas qu'on la touche, que ça ne faisait que ravivait ses douleurs, Na' jugea que le fait de proposer son aide demeurait le plus important. Le signe de sympathie, bien que peut-être déplacé, était bien mieux que de l'indifférence.
Manar, ensommeillé, avait sauté aux pieds de sa maîtresse lorsque celle si avait détendu ses genoux, dans un même geste statuaire et envoûtant.
Il serait volontiers retourner se prélasser sous un banc et attendait désormais une autorisation qui ne viendrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')   Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na') Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Quelques pensées a décrypter, quelques demandes a accorder (Pv Na')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelques souvenirs de fête ...
» Seul et sage pensée!
» Gratte quelques cordes {- Feat Ulysse}
» TESSENDERLO (quelques photos vite fait)
» Quelques toutes petites questions ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merreth ::  :: Archives :: v1 de Merreth-