Partagez | 
 

 Contes et Légendes de Merreth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Dame des Hauts-Vents
1er Cercle

XP : 6
Messages : 274
Ici depuis le : 03/05/2014
Couleur Dialogue : lightgreen



MessageSujet: Contes et Légendes de Merreth   Mer 8 Oct - 15:21


Désert, non loin d'Evant'ÿs


Cela faisait des mois qu'ils cherchaient sans relâche quelque chose. Ne serait-ce qu'un petit morceau des civilisations passées où alors un indice. Ils avaient découvert un genre de temple, plutôt une cachette en quelque sorte et s'étaient tous faufilés à l'intérieur. Les explorateurs cherchaient des bribes de passé qui leur permettrait de savoir, qui leur permettrait peut-être de comprendre comment ce monde s'était créer. Jeffrey était un jeune homme passionnant et surtout passionné. Il s'était lancé dans cette aventure, car depuis sa plus grande jeunesse, il était fasciné par Merreth par l'envie de découvrir comment ce désert s'était formé et il allait bientôt mettre la main sur un trésor, celui que chacun cherchait depuis des années.

« Hey, venez-voir les gars ! »

Tous accouraient vers le jeune homme qui montrait sa trouvaille. Dans ses mains se trouvait un genre de carnet. La couverture était du cuir et les pages personne n'aurait pu dire de quoi il s'agissait exactement. Ce que savaient ces explorateurs s'étaient que l'objet était vieux, très vieux et d'ailleurs, l'écriture étrange à l'intérieur ne laissait rien présager d'autre que des secrets, ou peut-être pas.

« Va-y lis ! »

Le jeune homme qui s'était spécialisé dans les écritures depuis tout jeune -c'était d'ailleurs pour cela qu'il était dans le groupe- tourna une page avec tant de précautions qu'on avait l'impression qu'elle allait s'effriter entre ses doigts s'il ne faisait pas de cette façon. Il prit alors la parole et sa voix bien que forte résonna doucement pour faire entendre à tous le récit des jours d'un homme qui avait probablement vécu il y avait de cela bien longtemps.


Jour 1

Voilà plusieurs jours que nous nous enfonçons dans ces ruines. Nous ne savons pas encore ce que nous allons trouver mais étrangement les murs semblent plus solide que ce à quoi nous nous attendions. Nous avons tous pu remarquer la finesse des détails et nous nous demandons bien ce que cela pourra donner par la suite. Est-ce que les anciens bâtisseurs étaient des artistes ? Probablement. Nos villes d'aujourd'hui sont, elles aussi magnifique et il n'y a pas de doute sur le fait que ceux qui se sont mis à leur construction avait un fort sens de la magnificence. Cependant beaucoup de choses restent encore à découvrir et si pour le moment ces ruines semblent être une bonne piste, rien ne nous dit que nous trouverons quelque chose de particulièrement intéressant lorsque nous arriverions au bout. J'ai tout de même bon espoir de trouver quelque chose, ne serait-ce qu'un détail qui nous permettrait d'avancer dans nos recherches. Nous verrons bien, le prochain tournant sera décisif.


Jeffrey parcourt rapidement le reste de la page, mais rien de bien significatif si ce n'est que ce monsieur aimait réellement tout consigner dans son carnet. Il tourne encore des pages et ses yeux s’agrandissent alors qu'il sur le dixième jours.



Jour 10

Nous n'avons rien trouvé dans les ruines et en sortir s'est avéré réellement compliqué. Pas parce que nous avions perdu la route, mais surtout parce que nous étions dépités de ne pas avoir pu mettre la main sur quelque chose d'intéressant. Un soir, alors que j'allais me coucher avec mes camarades, j'ai remarqué une étrange lumière descendant du ciel. Je leur ai montré et nous étions tous très excités. Un phénomène magnifique se tenait devant nous et en me couchant je me suis dit que nous allions être obligés d'aller voir ce qu'il y avait par là-bas. Peut-être qu'il ne s'agirait que d'une fausse piste, peut-être pas. Nous le saurions alors que lorsque nous serions sur place. Le sommeil a du mal à prendre sur moi ces derniers temps, comme si mon corps savait que bientôt nous serions délivrés de tout cela. Enfin je l'espère car peu importe ce que nous allons trouver, ça ne peut être que mieux que ce nous avons déjà sous la main.



Jour 11

Nous nous sommes mis en marche dés l'aube. Étrangement, nous étions tous heureux et vraiment pressés d'arriver à destination. Le désert n'est pas franchement un endroit décent pour y séjourner et je me demande bien ce que certains peuvent lui trouver. Nos pas nous amènent plus rapidement que nous le pensions dans un endroit sublime. Aucun de nous n'y aurait jamais pensé. Devant nous s’étend une magnifique Oasis. Une non répertorié. Elle n'est pas bien grande et je me demande bien si quelqu'un l'a découverte avant nous. Chacun de nous s'est approché, se l'est approprié, mais s'est bien moi qui les ai trouvées. Au fin fond de l'Oasis, cachées sous des couches de verdure se trouvait des tablettes. Des tablettes magnifiquement gravés mais on voyait nettement que le passage du temps ne les avait pas épargnées. J'appelais mes collègues à la rescousse pour qu'ils m'aident à les sortir et c'est avec le plus grand soin que nous avons pu enfin les voir en entier. Elles étaient au nombre de cinq. Magnifique et je me mis alors à les déchiffrer.

Tablette 1 : Nous sommes arrivés sur cette terre alors qu'elle n'était que eau et roche. Les premiers jours, nous nous sommes demandés ce que nous allions faire de celle-ci. Est-ce que la vie pouvait décemment se dérouler ici ? Étrangement, tout semblait calme et nous nous sommes dit, mes frères et moi qu'il était temps de poser notre empreinte. Notre père avait été très clair, si nous n'étions pas capables de former un monde à notre image, nous n'étions pas de vrai déité. Pourtant très vite les discussions tournèrent mauvaises. Aucun de nous n'était d'accord avec ce qu'il advenait de faire de cette terre et rapidement des conflits entre mes deux frères se firent sentir. Le premier Ragorn possédait le pouvoir de modeler la terre et il commença alors à faire des montagnes. Le second Keltos possédait la capacité de maîtriser l'eau et il boucha les trous de la terre par une magnifique mer. Cependant aucun des deux n'était en accord avec l'autre et bientôt ils se déchaînèrent l'un contre l'autre. Je ne pus que comprendre ce qu'il se passait et finalement une idée m'était venu. À l'image de leurs deux pouvoirs, nous allions pouvoir créer un monde très particulier, un monde parfaitement à notre image.


Tablette 2 : Alors que je leur expliquais qu'en faisant s'affronter leur pouvoir ils pouvaient créer une matière plus fine que la roche et plus solide que l'eau. Ils me regardèrent avec un air de défi. Je leur demandais donc de se mettre à l’œuvre pour leur prouver ce que j'avançais. Rapidement ils se rendirent compte qu'effectivement lorsque l'eau venait percuter la roche de façon violente et continue, de minuscule morceau de cette roche se fractionnait et avec l'action de l'eau se polissait pour finalement devenir une matière douce et granuleuse au toucher. Très vite, notre terre fut couvert de ce que nous appelions alors sable. Nous aimions cette texture, elle était à notre image. Indomptable, désertique comme nos cœurs qui ne semblaient jamais satisfaits de ce qu'ils avaient. Cependant, nous en avons oublié l'essentiel. Pour que chacun puisse vivre ici, il nous fallait autre chose. Alors Keltos donna l'eau à la terre, profondément enfoui, mais bien présente, elle représenterait la vie de cette terre, mais il créa aussi quelques Oasis pour ceux qui désiraient accéder rapidement à l'eau sans se prendre la tête. Ragorn quant à lui se décida à ériger la terre pour qu'elle soit plus présente mais sans dénaturer le désert que nous avions crée.


Tablette 3 : Ainsi, nous nous étions dits que cela serait suffisant. Sauf qu'il manquait encore quelque chose. La chaleur, le jour et la nuit et c'est alors que je créais la lune, moi Erios. Je possédais le pouvoir de la foudre, les éclairs. La nuit était mon domaine de jeu, seulement ce que nous avions oubliés s'était que nous étions trois et mes frères se battirent finalement pour avoir le privilège de créer le soleil. D'un commun accord nous en étions arrivés à cette conclusion. Il existerait deux soleils. L'un pour briller, l'autre pour diffuser la chaleur. C'est ainsi que commença correctement la vie sur cette terre. Cependant il manquait encore de nombreuses choses. Ragorn rajouta du vert, des arbres entre autre chose, pour que la vie soit plus plaisante. Nous faisions arriver des animaux, mais je trouvais que quelque chose manquait et je me rendis compte rapidement de ce qu'il s'agissait. Contrairement à tout ce que nous avions vu, il manquait une race : l'homme. Sa création fut complexe et surtout sujette à beaucoup de changement, mais une fois d'accord, l'homme vit le jour jusqu'à ce que nous remarquions qu'il ne pouvait évoluer dans l'état actuel des choses. Alors nous lui avons construit des bâtiments. Un à chaque endroit du désert, chaque ville à notre image finalement. Mais ce qui devait arriver arriva.


Tablette 4 : Mes frères se mirent à se quereller de nouveau. Alors que notre chez nous, notre monde était magnifique et que les hommes semblaient bien s'y plaire, ces deux-là n'étaient jamais content. Je finis par m'énerver sur eux, par leur faire comprendre que désormais, maintenant que ce monde était sur pied il était inutile de le changer encore et toujours ou nous allions tout perdre. Ils me regardèrent peu persuadés et s'en suivit une querelle comme jamais nous n'en avions eu précédemment. La foudre s'échappa de ma main alors que je tentais une fois de plus d'expliquer mon point de vue et toucha le sable. J'ai pensé au départ que le sol l'absorberait sauf qu'il se passa un autre phénomène. La foudre en frappant le sol fit fondre le sable présent et alors que je commençais à me dire que notre travail n'était plus que ruine, une aiguille noire s'éleva dans le ciel, pleine de pouvoir. L'homme curieux par nature s'aventura alors près de cette aiguille et la toucha. Le pouvoir de l'aiguille lui fut transmis, mais contrairement à ce que nous pensions, il ne s'agissait pas de nos pouvoirs respectifs, non, l'aiguille transmettait un pouvoir particulier qui n'était pas décelable et qui ne ressemblait jamais au précédent. Alors nous nous sommes regardés avec mes frères et nous avons trouvé la solution. Pour que ce monde perdure, nous allions lui donner quelque chose de nouveau, quelque chose qui permettrait aux hommes de se développer sans aide et de pourvoir à leur besoin.


Tablette 5 : Et nous avons instauré la magie que j'appelais une fois terminée l'And'Ära. Usant de mon pouvoir, je façonnais les aiguilles l'une après l'autre, les disposant un peu partout dans le désert. Lorsque j'eus terminé une chose étrange se passa. Elles se mirent toutes en résonance et alors que nous regardions notre œuvre, nous découvrions avec stupéfaction que les humains naissaient désormais avec un pouvoir. Le pouvoir des aiguilles s'étendait au-delà de ce que nous avions espéré et nous avons rapidement remarqué que la magie serait instable mais certain. Certaines personnes posséderaient un don plus fort, d'autres plus minimes et quelqu'un encore ne pourrait découvrir leur don qu'en approchant des aiguilles. Tout dépendrait de la nature de l'homme en question. Fiers de nous, nous avons décidé de montrer ce monde à notre père. Et notre récompense fut la plus belle de toute, il était fier de nous. Cependant maintenant que c monde était formé, qu'allions-nous en faire ? Aucun de nous ne prévoyait de rester. Alors nous décidions de laisser le monde à d'autre, ceux qui seraient capable de le maintenir et de voir son évolution. Je créais Aanessa la déesse lunaire, veillant sur la nuit. Elle serait en charge de veiller sur les mémoires et de garder les âmes. Keltos créa Lith Merë, déesse des eaux et de la vie. Elle sera celle qui veillera au bien être des hommes peu importe leur choix. Ragorn quand à lui créa Dos'Ara. Le protecteur des cieux. Il donna à Dos'Ara la possibilité de voir à travers les soleils et ainsi de pouvoir veiller sur le monde.


Je trouvais finalement une dernière tablette, plus petite que les autres, il n'y avait pas grand chose de marqué dessus et une seule phrase était lisible, le reste ne l'était pas.

Tablette 6 : Ce monde se nommera Merreth...

Le reste était totalement illisible. Je regardais mes compagnons. Bon sang ça s'était une nouvelle qui allait changer la face du monde.

« Le journal s'arrête là. Je pense qu'ils n'ont pas eu l'occasion de montrer leur découverte. Maintenant, c'est à nous de le faire. »


« Tu as bien raison fiston, nous tenons entre nos mains le trésor des archives. »

Les explorateurs sourirent tous en même temps et reprirent leur route. Il était temps pour eux de rentrer et de confier ce trésor à qui de droit. Le trésor d'une création, le trésor de la vie, le trésor de Merreth !




Par Esthia Shallal
Enquêtrice du 2ème cercle Psyjiic


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Contes et Légendes de Merreth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contes et légendes de Brocéliande
» Contes et légendes d'un monde oublié [Ezio]
» Contes et Légendes de Bretagne
» Tour de Jeu
» Contes et légendes (Alie et ledha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merreth ::  :: Archives :: v1 de Merreth-