Partagez | 
 

 Les Artéfacts Perdus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Les Artéfacts Perdus   Mar 9 Sep - 21:50

Je tentais de me concentrer sur la mission alors que nous nous dirigions vers le Palais des délices. Je connaissais aussi cette endroit, bien que vaguement tout de même. Je n'étais jamais entré dedans et je me demandais bien ce que nous allions y trouver, mais au delà de ça, quelque chose d'autre me tracassais. J'avais beau avoir dit à Sannom que nous discuterions plus tard, une boule s'était formé dans mon estomac. Ce n'était pas que je ne comprenais pas, en vérité, depuis la seconde attaque je venais de prendre conscience de ce qu'il se passait et s'était là le gros problème. Lorsque je ne m'en rendais pas compte, lorsque je cherchais des réponses tout était en fait plus simple, je pouvais le repousser doucement pour une raison, là je n'en avais pas réellement si ce n'était le fait que j'étais dangereuse et surtout que je ne connaissais rien au relation. Il était le seul à m'avoir embrassé même si ce n'était pas réellement parce qu'il m'aimait au début et je n'arrivais pas réellement à démêler ce qu'il ressentais à présent en fait j'étais paniqué par ce que pourrais donner notre entrevue après cette mission.

Pourquoi avait-il fallut que j'hérite de ce don sérieusement ? D'un autre côté, je n'étais pas mécontente finalement de l'avoir. Pour la première fois de ma vie, je m'intéressais à autre chose que des recherches, des bouquins ou alors à tenté d'arranger ma famille. C'était aussi la réel première fois ou j'avais l'impression de ressentir moi-même un sentiment qui m'avait toujours été étranger. La suite de l'histoire allait promettre, surtout que je ne savais pas encore ce qu'il allait me dire. Ça se trouve il allait me balancer que j'étais une gêneuse pas tenté et un danger public et qu'il espérait ne jamais retravailler avec moi. Je me recentrais alors que nous arrivions devant la porte. Ce n'était pas le moment de laisser mon esprit partir en vrille alors que nous avions encore quelques têtes à faire tomber et un artefact plus dangereux que les deux autres réunis à neutraliser. J'espérais que pour une fois aucun de nous ne serait blessé parce que durant ces quelques heures, la vie n'avait pas été de tout repos.

Je souriais alors que j'entendais la remarque du gars et la réponse du Doss'Ta. Fou furieux, mais pas du tout, nous n'étions pas fou furieux, mais plutôt déterminé, en tout cas s'était ainsi que je le voyais. Alors que Sannom avait déjà ses deux sabres dégainés, je fis pareil avec les miens, les sortant de leur fourreau. J'avais utilisé bien trop ma magie pour savoir que la prochaine salve serait probablement la dernière de ma vie. Si je n'avais que l'utiliser à petite dose, j'aurais largement pu l'utiliser encore, seulement j'avais déjà utilisé deux fois mon pouvoir et à une trop grande dose pour savoir qu'une autre utilisation utiliserait bien plus mon énergie vitale et que je mettrais ainsi ma vie en danger. Je ne ferais cela que si je n'avais pas réellement le choix, mais pour le moment, je l'avais encore. Mes sabres en main, je ne regardais désormais que devant moi. Contrairement à ce que j'avais pu ressentir tout à l'heure, je ne ressentais là que de la peur et de la peur et de l'incompréhension. Pourquoi une Psyjiic utiliserait-elle des armes ? Tout simplement parce qu'on lui avait appris.


« Cinq chacun ça te va ? Je vais à gauche, je te laisse la droite. »

Et sans réellement attendre l'assentiment du guerrier, je me lançais à la bataille. Cela faisait longtemps que je n'avais pas réellement eu à me battre avec mes sabres. Bien que je m’entraînais chaque jour ce qui ne manquait pas de faire parler au temple (pourquoi une magicienne se prendrait la tête à se battre alors qu'elle pouvait exploser la tête de qui elle voulait quand elle le voulait ? Et bien tout simplement parce se fatiguer inutilement était ridicule.) j'aurais aimé leur répondre ça, mais personne ne m'approchait assez pour que je puisse leur parler. Je me concentrais alors dans le combat alors que le premier venait de me porter un coup de face, grossière erreur, j'étais plus petite, plus rapide et plus agile. Il ne me fallut pas longtemps pour m'en débarrasser. Les autres suivirent naturellement. Je me retournais au moment ou Sannom me regardait. Il n'y avait pas à dire nous faisions une fine équipe tout de même.

Sans regarder derrière moi, je pris la direction de la grande table qui traînais là. Regardant partout et trouvant le miroir. Ce miroir, j'avais fortement envie de le casser, mais il fallait que j'évite. Ce n'était pas réellement dans le contrat, sortant le dernier sceau de mes vêtements, je le jetais littéralement sur le miroir. Je ne voulais rien voir, rien savoir de l'avenir, du passé, du présent ou des gens qui m'entourait, je ne voulais qu'une chose, les comprendre et apprendre d'eux et sans ce fichu artefact. Une fois que je sentis le pouvoir de l'objet se museler et décroître, je me retournais tout en m'adossant à la table. Je n'avais pas encore rattacher mes cheveux et j'en profitais pour le faire. Peut-être était-il temps que je les coupe un peu. Enfin il était temps pour beaucoup de chose ces derniers temps. J'attendais donc patiemment le protecteur et son sac dans lequel nous pourrions mettre l'artefact et tout ramener.


« Tu vois bien qu'on a finalement réussit. »

Et je lui décochais un sourire, oubliant finalement ce qui nous attendait. La suite allait être prometteuse, surtout que je sentais la présence de Karek non loin. Il y avait quelque chose qui n'allait pas et je rageais légèrement de ne pas être au courant. Maintenant que la mission était terminé, il allait falloir que nous discutions lui et moi. J'en avais assez des cachotteries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

Le Lion Noir
Protecteur

XP : 60
Messages : 26
Ici depuis le : 15/08/2014



MessageSujet: Re: Les Artéfacts Perdus   Ven 12 Sep - 15:55

HRP:
 

Esthia n’avait pas attendu l’approbation de Sannom pour se lancer à l’assaut de l’ennemi et cette fougue guerrière arracha un sourire au Protecteur. Ce dernier n’en attendait pas plus pour se jeter à son tour dans la bataille. Les trafiquants s’étaient figés de stupeur et de peur à la vue du binôme et chargés de leurs précieuses cargaisons, la plupart n’eurent pas le temps de dégainer à temps leur arme. Sannom en élimina trois sans rencontrer de résistance. Ayant retrouvé ses deux sabres, il se battait à présent avec la fureur d’un véritable démon. Les trois derniers opposants ne tinrent pas bien longtemps... Le Titan était resté totalement indifférent à l’agitation générale. Tant qu’on nourrissait ces bestioles, rien ne pouvait les troubler... Enfin, le dernier ennemi tomba à genoux, se tenant sa carotide sectionnée de laquelle jaillissait un geyser pourpre. Sannom se retournera et vit que sa partenaire avait également fait le ménage de son côté et en avait même profité pour sceller le dernier artéfact. La mission était enfin terminée !

Le Protecteur se dirigea vers la magicienne, prêt à la féliciter et à avoir une discussion au calme. Ils en avaient vraiment besoin. Cependant, ses espoirs furent douchés par l’arrivée de nouveaux venus. Stupéfait, Sannom ne parvenait pas à en croire ses yeux. La petite délégation qui venait d’entrer dans le Palais des Délices n’était pas composée que d’inconnus... Une escouade entière du Doss’Ta pénétra dans le bâtiment et en sécurisa toutes les issues. Quelques autres commençaient déjà à se débarrasser des corps des victimes. Un groupe de six personnes se rapprochèrent de Sannom et d’Esthia. Le Protecteur en connaissait deux d’entre eux...


« Bonjour Sannom... Content que tout ceci soit enfin terminé... »

« Gol’Kar ? Qu’est-ce que tout ceci signifie ?! »

La seconde personne que le Protecteur connaissait et qui était également le frère de coeur d’Esthia était ni plus ni moins Karek en personne ! Les quatre autres étaient des Psyjiic hauts gradés à en juger par leur accoutrement. Sannom ne comprenait plus rien. La tête commençait à lui tourner. Que diable faisait le Doss’Ta et les Psyjiic ici, quelques minutes à peine après la fin de leur mission ? Le guerrier sentit une nouvelle fois cette fureur, qui ne l’avait jamais abandonné depuis l’enfance, le submerger à nouveau.

« Du calme soldat. Votre travail est terminé, vous allez rentrer au QG et me faire votre rapport. Mademoiselle Esthia va partir avec sa Ghilde de son côté. »


« Oh non Capitaine, je ne partirai pas aussi facilement ! J’EXIGE DES EXPLICATIONS !!! »

Les Psyjiic commencèrent à s’agiter, prêt à intervenir au moindre faux pas du guerrier. Le vieux capitaine, qui avait assigné cette mission à Sannom quelques heures plus tôt, tenta de calmer son subordonné.

« Je vous ai dit de vous calmer soldat ! Très bien, je vais vous expliquer quels étaient exactement les paramètres de votre mission... Cela fait maintenant plusieurs mois que les Ghildes tentent de mettre en échec ce réseau criminel. Cependant, même les meilleurs espions du Doss’Ta et de Ness’Yn ne parvinrent à nous rapporter que des informations erronées ou lacunaires. Apparemment, l’ennemi parvenait toujours à deviner nos intentions et ainsi, chacune de nos interventions se sont soldées par des échecs. Les Psyjiic ont alors émit l’hypothèse que les trafiquants possédaient un magicien ou un artéfact comme celui que vous venez de sceller. Nous avons alors monté une opération spéciale dont vous et mademoiselle ici présentes étiez les acteurs majeurs... Puisque les trafiquants prévoyaient nos mouvements, il nous fallait quelqu’un qui puissent faire de même. Des magiciens hypersensibles, qui pourraient détecter l’ennemi avant que ce dernier ne puisse réagir. Deux magiciens comme Esthia et... vous Sannom. »

Cette déclaration choqua le Protecteur au plus haut point. Une pierre venait de tomber dans son estomac et une nausée l’envahit. Comment... ?

« C’est grotesque ! Je... je ne suis pas magicien voyons... »

« Ça c’est vous qui le dites. Nous savons depuis longtemps pour votre don. L’homme à qui vous vous êtes confié pendant ces trois longues années était un agent des Psyjiic et leur rapportait chacune de vos séances. »

A nouveau, Sannom eut le tournis. Trahison... il se sentait tellement trahi ! En effet, cela faisait trois années qu’il tentait de comprendre ses rêves avec un ami de longue date, absolument dévoué et secret. Apparemment, il s’était lourdement trompé...


« Bien que vous n’ayez fait quasiment aucun progrès avec votre ami en trois années, ce dernier possède bien plus d’expérience que vous en matière de magie et il reconnut en votre pouvoir un don de prescience. Les Psyjiic ont décidé de vous allier avec Esthia en espérant que vous formeriez un excellent duo de détection. Le Protecteur Karek vous suivait de loin afin d’éviter une catastrophe en cas de... perte de contrôle de votre partenaire. Il ne pouvait faire partie de la mission, car sa présence aurait pu inhiber votre potentiel. Et apparemment votre collaboration avec l’enquêtrice Esthia a été un franc succès, nous vous en félicitons ! Mais à présent Sannom, vous allez me suivre à la Tour de Fer et me faire votre rapport. Vous allez y être maintenu en quarantaine quelques temps. »


Sannom ne savait plus s’il rêvait à nouveau ou s’il se trouvait vraiment dans la réalité. Tout cela semblait tellement irréel. Le guerrier se sentait trahi par tout le monde : Gol’Kar, Karek, les Psyjiic... Esthia... Avait-elle été au courant depuis le début ? Karek restait parfaitement impassible, Sannom ne parvenait pas à comprendre ce qu’il ressentait en cet instant. Avant qu’il ait eu le temps de se tourner vers Esthia pour la sonder, il enchaîna machinalement...


« Je refuse de vous suivre Gol’Kar... »


Le vieux capitaine eut un éclair de colère lui tirant les traits. Il entraina Sannom loin à l’écart, afin que personne ne puisse les entendre.


« Ecoutez-moi fiston ! J’essaie de vous sauver la peau en ce moment ! Les Psyjiic ont exigé que vous leur soyez remis. Si vous êtes emmenés au Temple d’Azur, vous allez être enfermé dans une cellule pour le reste de votre vie ! J’ai réussi à convaincre le Conseil des Ghildes de vous maintenir en quarantaine à la Tour de Fer le temps que nous démêlions toute cette affaire... Je ne sais pas pourquoi les magiciens insistent autant à votre sujet. Je crois que votre pouvoir leur fait vraiment peur. Les voyants de votre niveau sont extrêmement rares à ce qu’il parait... Quoi qu’il en soit, sachez que je ne suis pas votre ennemi Sannom ! Vous serez mieux à la Tour de Fer, au sein de votre Ghilde, avec vos compagnons, qu’avec ces magiciens ! Le Doss’Ta est avec vous ! »

Les paroles du vieux capitaine ne calmèrent que peu les ardeurs du guerrier. Complètement furieux que cette situation lui fut cachée, il parvenait à grande peine à se contrôler. Le temps que cette affaire soit démêlée ? Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? La voix encore chargée de colère, Sannom questionna son supérieur :

« Etait-elle au courant ?... Puis.je lui parler avant de partir ? »

« Elle ignorait tout... elle n’est pas mêlée aux manigences de ses supérieurs. Et non, vous ne pouvez pas lui parler, les Psyjiic ne vous le permettront pas. Nous partons sur le champ... »


Le visage du vieil homme semblait plein de compassion pour le Protecteur. Il avait lui-même été manipulé par son état-major dans sa jeunesse et se souvenait du sentiment de révolte qui s’était emparé de lui quand il avait su. Quant à Sannom, un léger soulagement l’avait étreint en apprenant qu’Esthia avait été une victime comme lui. Sa fureur était toujours aussi ardente, mais c’est avec regret et tristesse qu’il lança un dernier regard à la jeune femme. Si seulement il avait l’occasion de la toucher à nouveau... une dernière fois... C’est sous bonne escorte (sans doute pour rassurer les hauts gradés Psyjiic présents) que Sannom quitta le Palais des Délices direction An’Trazza puis la Tour de Fer...

*Esthia... je connais ces yeux... Nous nous reverrons... bientôt...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

FEUILLET PERSONNEL

POUVOIR :

RELATION :

L'énigmatique sentimentaliste
1er Cercle

XP : 9
Messages : 194
Ici depuis le : 08/08/2014
Couleur Dialogue : #336699



MessageSujet: Re: Les Artéfacts Perdus   Ven 12 Sep - 18:41

Spoiler:
 

J'étais heureuse à cet instant, heureuse de savoir que nous allions, que nous nous en étions sortit et que nous allions enfin pouvoir discuter. Car il y avait des choses à dire, des tas de chose à dire. Seulement voilà, comme d'habitude rien ne se passa réellement comme chacun de nous l'aviez voulu et alors que je m'apprêtais à lui parler, quand je sentis quelqu'un arriver. Ma tête se releva à l'instant même où ils se dirigèrent vers nous. Pourquoi ? Que faisaient-ils ici ? Malgré ces questions je ne pus que me dire que j'avais déjà des réponses. Le fait que Karek soit toujours derrière moi, le fait que les incidents ne se soient pas propagé, il y avait énormément de chose que j'avais remarqué qui n'allait pas réellement, mais ce ne fut que lorsque Sannom prit la parole que je compris l'ampleur de la situation. Il ne s'agissait que d'un test, un test qui allait forcément nous mener quelque part. Je ne comprenais plus rien, je me sentais blessé, pas par les Psyjiic, eux, je n'en avais strictement rien à faire, mais par Karek. Lui, il savait depuis le départ, il avait toujours su ce qui se passerait, lui qui était censé être mon frère, il m'avait trahi et je n'étais pas certaine de pouvoir lui pardonner.

Je me reprenais tranquillement, ne laissant rien paraître du trouble qui m'habitait. Je savais parfaitement qu'il ne me regarderait pas, je sentais bien son mal être. Je pouvais aussi ressentir la satisfaction des psyjiic, mais aussi leur peur. Cette belle bande de trouillard. Un rictus s'afficha rapidement sur mon visage et ce fut Aemon qui le vit. Il recula de quelques pas car si le Doss'Ta était dangereux, je l'étais d'autant plus. Sachant que rien ne pourrait m'arrêter s'il décidait de quelque chose qui n'allait pas. Ils me regardèrent d'un air quelque peu effrayé. Tout le monde pensait que j'allais suivre les règles comme d'habitude, tout le monde pensait que j'allais les suivre sans rien dire, que Karek pourrait m'arrêter, sauf qu'en ce moment il m'avait trahis, en ce moment il n'était plus de ma famille. Je sentais l'énergie se cumuler petit à petit dans mon corps et atteindre mes mains. Les Psyjiic se crispèrent et les quatre se tournèrent vers moi. Et puis vint la tirade du chef du Doss'Ta visiblement. Mon attention fut capté par son discours. Les magiciens pensaient que je me calmerais, ils avaient tord.

Car si j'étais avec attention tout ce qu'il nous balançait en pleine tête, je ne pouvais empêcher ma fureur de monter d'un cran un peu plus à chaque parole. Lorsque le don de Sannom fut révélé, je pus alors sentir l'envie des Psyjiic, ce genre de don, la prescience comme je l'avais si vite remarqué était rare et ce qui était plus rare c'est qu'à chacun de nos contacts, il semblait absorber l'énergie que j'étais capable de manipuler pour stabiliser son don. Cependant lorsque j'entendis qu'il allait être mis en quarantaine, je ressentis rapidement de nouveau de la haine et lorsque le vieux Doss'Ta emmena sans nom, je ne pus m'empêcher de tenter de les suivre, les quatre vieux Psyjiic et Karek me barrèrent alors la route. Étaient-ils réellement sérieux ? Je n'avais encore rien dit, mais viendrait alors mon tour. S'il l'emmenait en quarantaine, je le saurais aussi probablement. Une violente fureur me prit alors quand je vis son regard. Non, j'avais promis, je lui avais dit qu'on parlerais après que soit terminé pourquoi. Je tentais de percer le barrage physiquement alors que Karek posa sa main sur mon épaule. Je me reculais vivement sous l'effet de la brûlure que cela générait dans mon cœur.


« NE ME TOUCHE PAS ! »

Pour la première fois depuis longtemps je venais de lui crier dessus. Ils me regardèrent tous et alors que je tentais une nouvelle fois de passer, ils se mirent tous en position d'attaque. Karek se posa devant moi.

« Écoute Esthia, je sais ce que tu ressens. »

Mon regard bleu et froid, dépourvu de sa chaleur habituelle se posa sur lui.


« Tu ne sais pas ce que je ressens, crois-moi tu n'en sais rien. Vous nous avez trahis, utilisé comme des pions. Nous sommes quoi pour vous des objets ? Vos foutus expérience vous pouvez vous les foutre où je pense, laissez-moi passer, je dois lui parler. »

Je sentis alors le pouvoir de lien d'Aemon se tendre vers moi. Mes yeux prirent instantanément leur couleur bleu caractéristique et une vague d'énergie fit tomber les mages à terre.

« Je ne te pardonnerais jamais. Voilà vos foutue artefacts. »

Je leur balançais le sac et commençait à me lancer à la poursuite des Doss'Ta lorsque mon énergie disparu instantanément. Je m'écroulais lourdement sur le sol. J'avais probablement dépassé les bornes, mais je savais que ce n'était pas de mon fait. Je tournais rapidement la tête vers les vieux qui s'étaient remis debout. Un artefact dans la main. L'absorbeur d'énergie, la seule façon de venir rapidement à bout d'un cas comme le mien. Aemon se rapprocha de moi et prit la parole.

« Vous êtes incontrôlable Esthia. L'isolement vous fera le plus grand bien. Il va falloir que vous pensiez un peu à ce que vous avez fait durant cette mission et surtout à comment vous gérez vos émotions. »

« Allez vous faire foutre. »

Ce fut tout ce que j'avais pu répondre avant de tomber dans l'inconscience. Visiblement ils n'avaient pas aimé ma rébellion et j'allais encore passer un certain temps en isolement jusqu'à ce qu'ils aient besoin du danger que j'étais. Mon cœur se serra. Sannom, il fallait que je le vois, je ferais tout pour le revoir ne serait-ce qu'une fois, peut importait ce que cela pouvait me coûter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les Artéfacts Perdus   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Artéfacts Perdus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Règle du RP: Les symboles perdus
» Humanitarian relief in Haiti: Some shocking facts
» Artémius Minéos
» Questions,interrogations et suggestions autour de la Soule artésienne (ouvert à tous les souleurs)
» Monochrome | Artémis (PM)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merreth ::  :: Archives :: v1 de Merreth-